♦ Robotic Earth RPG ♦


 

Partagez|

[Obligatoire] La manifestation

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
John Sucker
Messages : 44
Arrivée à New York : 13/01/2012
Age : 36

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Sam 27 Oct - 15:04

    oyant que sa secrétaire avait décidé de se rabattre à la même occupation que lui, il sourit. Elle était perturbée, et ça se voyait. Il n'avait pas fini de la faire tourner en bourrique aujourd'hui. Ce n'était que le début. La journée allait vraiment être très enrichissante. Dans la foule qu'il voyait à son écran, des slogans commençaient à faire surface ici et là, les gens remuaient leurs affiches bricolées comme ils pouvaient, tout en essayant de ne pas tuer quelqu'un avec par la même occasion. C'était pathétique. Vraiment. A souhait.

    Il eut un rictus moqueur en se disant que tout ces pauvres idiots n'attendaient qu'une chose : qu'il réagisse. Or il n'en avait pas l'intention. Du moins pas tout de suite. Il préférait attendre. Comme ça, eux aussi poireauteraient, et ils s'attendront encore moins à ce qu'il leur préparait. Quelque chose qui allait leur plaire d'ailleurs. Beaucoup. Mais en attendant, ils n'auront qu'à s'user les pieds et la voix, les pauvres niais. Il alla se servir un café, ne prononçant pas un mot. Il l'engloutit en quelques minutes et continua de fixer ses écrans du regard, un peu absent par moment. C'était bien gentil de regarder une manifestation, mais quand les gens étaient mous comme ça, c'était moins drôle.

    Ils étaient malins au moins. Pas uniquement niais. Parce qu'ils savaient très bien que s'ils faisaient la moindre erreur, la faute leur retomberait dessus. Le patron, lui, n'aurait eu qu'à porter plainte contre les étudiants, et ils se seraient tous pris une belle prune, et quelques garde à vue s'il vous plaît merci. Leurs deux neurones collectifs parvenaient à se connecter de temps en temps, c'était déjà ça.

    A l'heure du déjeuner, il n'avait toujours pas prononcé un mot, et ignora totalement Athéna. Qui semblait à moitié s'endormir sur son bureau. Eh oui, il faut dormir la nuit plutôt que de fourrer son nez dans ce qui ne la regarde pas et de faire la taupe. Mais il savait qu'il ne risquait rien avec elle. Elle avait beau être une super espionne, elle n'avait toujours pas remarqué qu'il l'avait démasquée, la naïve. Elle jouait toujours les innocentes secrétaires bien honnête. Honnête, mon oeil ouais, pour faire partie de la CIA, il faut bien que quelque part elle soit un peu tordue.

    Il déjeuna d'un simple sandwich accompagné d'un coca. Lorsqu'il eut fini, il s'étira, puis se leva subitement. Il passa devant Athéna sans la voir, et une fois à l'ascenseur, il lui lança :

    "Je vais vérifier deux trois trucs dans le département de la communication pour voir où on en est avec la manifestation, je reviens dans deux minutes."

    Il entra dans la cabine appuya sur la touche du quatrième étage. Au bout des quelques secondes, une petite sonnerie lui indiqua qu'il était arrivé. Avant que la porte ne s'ouvre, il ouvrit le boitier de sécurité de l'ascenseur grâce à son pass, puis arracha deux trois fils avant de le refermer. Comme ça si la taupe essayait de descendre, elle allait avoir du mal. Et si jamais l'ascenseur parvenait à monter, il allait sûrement redescendre à vitesse supersonique et s'écraser au sous-sol. Lorsque la porte s'ouvrit, il sortit, et s'empara d'une pochette posée sur un comptoir, avant de la coincer entre les deux portes pour les empêcher de se fermer. Tant pis pour elle.

    Il marcha jusqu'à une porte blindée parée de rayons laser qui l'identifièrent en quelques secondes, avant de lui ouvrir la porte avec un long pshhhhhhht. Il entra dans une pièce sombre aux murs couverts d'écrans, avec une sorte de tableau de bord ou trônait une multitude de boutons, dont un, son préféré, le rouge, au centre. Une multitude d'armoire à glace en costard armés jusqu'aux dents et munis de lunettes de soleil -bonjour le stéréotype- étaient disposés à l'entrée, et le saluèrent respectueusement, avance le laisser passer. Il allait s'amuser à présent.
avatar
Athéna Denfro
Messages : 6
Arrivée à New York : 06/10/2012

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Dim 28 Oct - 18:38


La Manifestation

"A moins d'avoir un gouvernail et des voiles sous votre jupon, ce qui m'étonnerait, nous ne pourrons pas le rattraper."


La matinée passa très lentement. C'était rageant, car Athéna n'avait strictement rien à faire, et pourtant continuait de tout redouter. N'importe quoi. Avec cet homme, elle pouvait s'attendre au pire. Son comportement était plus qu'inhabituel, il semblait calculé et cachait sûrement quelque chose. Cependant, rien ne venait. Le jour où il aurait pu se passer le plus de choses intéressantes, elle était prise au dépourvu par un manque de réaction de la part de John Sucker. C'était frustrant. Et dangereux.

Ce n'est qu'après le déjeuner qu'Athéna pu enfin voir ses espoirs satisfaits. Enfin façon de parler, puisque de toute manière elle risquait tout au moindre instant dès que la situation tournait ainsi. Cette fois, le directeur de l'entreprise se leva soudainement, paraissant sûr de lui, et se dirigea vers l'ascenseur. Avant de s'engouffrer dans la cabine, il lui lança :

"Je vais vérifier deux trois trucs dans le département de la communication pour voir où on en est avec la manifestation, je reviens dans deux minutes."

En gros, elle n'avait pas besoin de bouger. Mais cet brusque sortie la poussait justement à le suivre. Elle allait faire comme d'habitude, elle allait le prendre en filature. Ce qu'il allait faire était sûrement beaucoup plus important que de vérifier deux ou trois trucs en communication. Un jour pareil, ce n'était certainement pas autre chose.

Elle attendit donc patiemment que l'ascenseur descende, et s'arrête. Un simple coup d'oeil sur l'écran lui indiqua qu'il s'était arrêté au troisième étage. C'était bien la communication. Mais il fallait qu'elle en sache plus. Elle se leva donc elle aussi, et appuya à son tour sur le bouton pour appeler l'ascenseur en question. Qui, à sa grande surprise, resta au troisième étage. A la narguer. C'était pourtant impossible que les ascenseurs G4 Good tombent en panne. Sauf volontairement. Et il n'y avait pas d'escaliers. Avec l'égo sur-dimensionné de John Sucker, on n'avait pas besoin d'escaliers dans l'entreprise.

C'était donc très anormal et perturbant. John l'aurait-il fait exprès? Ou quelqu'un à sa place? Elle sortit donc sa clé de sa serviette, et bidouilla la double porte. Elle finit par glisser ses mains entre les deux et à l'ouvrir de force. Avant de se retrouver devant le vide sidéral. Elle s'y attendait, mais être au trente-deuxième étage, c'était tout de même un peu flippant. La cage de l'ascenseur descendait verticalement. parsemée de petites lampes éclairant les câbles épais. Il allait donc falloir qu'elle se salisse. Elle s'empara de son câble déroulant, et l'accrocha à une interstice qui serait assez solide pour la porter jusqu'en bas.

Elle attacha soigneusement l'autre côté du câble autour de sa taille fine, puis soupira un grand coup. Elle était habituée à ce genre de situation, mais comme d'habitude, elle n'avait pas beaucoup de temps. Et cette histoire d'ascenseur sentait le roussi. Genre le coup préparé en douce. Elle se tourna vers le mur et agrippa un des gros câbles. Il était plutôt facile à tenir, mais il fallait quand même qu'elle trouve des prises dignes de ce nom sur le mur. Sa progression était assez rapide, mais elle était un peu en mode "à l'arrache". En une dizaine de minutes elle était descendue, décidant finalement d'utiliser la fonction "rappel" de son outil, qui lui permettait tout de même d'être plus rapide. C'était juste qu'elle n'aimait pas trop ça.

Lorsqu'elle atteignit enfin la cabine, elle se détacha et laissa le câble pendre. De toute manière, l'ascenseur ne fonctionnait plus, personne ne pourrait le remarquer. Elle s'empara de la petite roue qui ouvrait la trappe de secours de la cabine, et après avoir vérifier que personne ne se trouvait dedans en écoutant soigneusement, elle l'ouvrit. Elle se glissa souplement à l'intérieur et fit basculer la trappe pour passer inaperçue.

Elle remarqua tout d'abord la pochette, coincée entre les deux portes, et qui l'empêchait de se fermer. C'était donc prémédité. Quelqu'un avait vraiment voulu l'empêcher de descendre. Décidément, ça sentait vraiment mauvais cette histoire. Elle devait se méfier. Au lieu de sortir tout de suite, elle ressortit sa clé et ouvrit le boîtier de la cabine. Et remarqua sans surprise que deux fils avaient été arrachés à la va vite. Elle fronça les sourcils et abandonna le boîtier. Elle retira la pochette et ouvrit la porte. Elle sortit comme si de rien n'était. Personne n'était dans la pièce, c'était déjà ça.

Elle marcha donc tranquillement, cherchant une salle susceptible d'être occupée par le patron. Elle ouvrit plusieurs portes, sans résultats, et se retrouva enfin devant une pure merveille de la sécurité : une énorme porte blindée munie de caméras, lasers et autres gadgets. Elle eut un sourire. Il ne pouvait qu'être là. Il aimait faire dans le too much, c'était évident. Elle s'approcha, et le laser, l'identifia. Et a sa grande surprise, la porte s'ouvrit. Elle était donc autorisée à entrer. La salle était sombre, et lorsqu'elle entra et que la porte se referma derrière elle, le temps qu'elle s'adapte à l'obscurité et c'était déjà trop tard. Elle vit très exactement six colt diamètre neuf millimètres, le genre de truc qui fait des trous dans la peau, tenus par six géants. Ce qui l'effrayait le plus, c'était les armes. Ceux qui étaient derrière, encore, elle avait une chance de les éliminer, mais ça, c'était le détail à ne pas oublier.

Voyant John Sucker la fixer avec un sourire qui en disait long, et les écrans derrière lui représentant tous la manifestation, elle n'hésita pas une seconde. Et se jeta sur lui.

avatar
John Sucker
Messages : 44
Arrivée à New York : 13/01/2012
Age : 36

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
9/10  (9/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Lun 29 Oct - 14:10

    J
    ohn était très satisfait. Pour l'instant, tout se déroulait comme prévu. La manifestation continuait toujours, au même rythme, et à présent, beaucoup de citoyens autres que les étudiants l'avaient rejointe et se regroupaient, de plus en plus nombreux dans Central Park. Mais plus nombreux ils étaient, mieux ce serait. Il avait hâte. Mais il devait encore attendre. Une personne. Athéna, bien sûr. Il lui avait compliqué la situation pour qu'elle tombe dans le piège. Oui, c'était un peu bizarre dit comme ça, mais depuis le temps qu'il avait tout grillé et elle pas du tout, il fallait bien qu'elle se réveille un jour.

    Il l'attendait donc. Mais il ne resta pas planté là à regarder bêtement tout ces niais agiter leurs bras en hurlant à tue-tête dans un parc. Il brancha le réseau aux caméras de surveillance, en interdisant leur accès aux autres centres de sécurité afin qu'ils ne détectent rien. Tout d'abord dans son bureau. La chaise de sa secrétaire était déjà vide. Elle avait déjà bidouillé l'ascenseur visiblement, puisque la porte de celui-ci était ouverte. Il passa alors à une autre caméra : celle qui donnait sur la cage de l'ascenseur. Et il eut un sourire admiratif en voyant que la taupe avait tout prévu.

    Elle descendait en rappel le long de la paroi grâce à du matériel spécialisé. Il eut un rire amusé, puis l'observa jusqu'à ce qu'elle entre dans la cabine, une trentaine d'étages au-dessous. Il savait qu'à présent, elle n'allait pas tarder à arriver. C'est pourquoi il brancha les caméras du couloir. Elle n'y arriva qu'au bout de quelques minutes, cherchant sûrement dans quelle pièce il pouvait bien se trouver. L'expression de son visage face à la porte blindée l'amusa à nouveau. C'était juste fait exprès, le piège était gros comme une maison et elle fonçait droit dedans. Lui-même n'avait pas eu besoin de formation qu'il était presque plus doué qu'elle. Tant pis pour elle.

    Elle passa devant les lasers, et au moment où la porte s'ouvrait, il avait déjà expliqué son plan aux gardes qui l'attendait bien sagement derrière la porte, arme en main. Lui, pendant ce temps, avait baissé l'intensité des écrans pour rendre la pièce encore plus sombre. Quand la porte se referma, Athéna avait deviné qu'elle avait sauté à pieds joints dans le piège. Mais c'était déjà un peu tard en fait. Et John vit une étincelle de surprise dans son regard face aux armes, mais aussi une intense concentration. Puis, le prenant au dépourvu, elle s'élança vers lui.

    Sauf qu'il était préparé. Il plongea sa main dans sa veste et en sortit un colt semblable à ceux des autres. Puis il tira. Une fois. Et il la rata. De très peu. Dommage. Mais au moins, elle était calmée, et les gardes avaient eu le temps de réagir. Ils s'étaient eux aussi jetés sur elle, et la maintenait à présent fermement. Un lui avait couvert la bouche de sa main large, même si la porte blindée empêcherait qu'on l'entende. Elle fulminait, et ça se voyait. Il s'approcha d'elle, et déclara :

    "Alors Athéna, on s'amuse à jouer les taupes? Figure-toi que ça fait un petit moment que je m'en suis aperçu. J'ose avouer que tu m'as beaucoup déçu. D'autant plus que tu n'as même pas réussi à découvrir derrière tout ça ce que je mijotait."

    Il lui effleura la joue de son colt et se tourna vers les écrans, afin de les rebrancher sur la manifestation. Puis il s'approcha du bouton rouge.

    "Vois-tu, mon objectif était de gagner en puissance grâce à mes Gentleman. C'est ce qu'il s'est déjà produit dans les villes comme Atlanta, où les taupes ont été plus intelligentes que toi, et commençaient à être dangereuses. Vous n'êtes pas les seuls à avoir vos réseaux, n'est-ce pas? J'ai aussi droit au mien. J'ai concocté mon petit plan, mais je n'ai pas besoin de t'expliquer, tu es aux premières loges, autant en profiter."

    Il tendit le doigt au-dessus du bouton, et appuya dessus. "Confirmer la demande?" Il réappuya. Une image satellite de New York apparu alors, et une jauge en-dessous commença à se remplir. "100%". "Lancer l'opération?" Il appuya une dernière fois. Les images de la manifestation réapparurent alors, accompagnées d'autres images diverses de New York. Tout les Gentleman semblait avoir changé de comportement. Radicalement. Un long cri étouffé venant d'Athéna résonna dans la pièce.


    Spoiler:
     


Dernière édition par John Sucker le Lun 29 Oct - 14:21, édité 2 fois
avatar
Une Ombre
Messages : 22
Arrivée à New York : 29/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Lun 29 Oct - 14:10

Le membre 'John Sucker' a effectué l'action suivante : Combats

'Armes à feu' :
avatar
Magda SullyAdmin

_________________
Messages : 461
Arrivée à New York : 11/09/2011
Age : 20
Localisation : En compagnie de mon légendaire sens de l'orientation... C'est-à-dire : paumée!

Fichiers G4 Good
Points de vie:
70/100  (70/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://robotic-earth.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Lun 29 Oct - 17:42

La manifestation



Magda passa donc la matinée en compagnie de Kiddy à la manifestation, brandissant leur banderole en hurlant comme des folles, les deux moustiques au milieu des géants. Elles avaient fini par abandonner les recherches pour retrouver Jade, et étaient restées toutes les deux à entraîner la foule à crier toujours plus fort. Elle se marraient bien, même si ce n'était pas vraiment le moment, mais c'était plus fort qu'elles, elles étaient de bonne humeur.

Vers midi, lorsque leurs estomacs commencèrent à s'exprimer, elles prièrent un autre étudiant de bien vouloir porter la banderole à leur place, jouèrent des coudes pour s'extirper de la foule, et se rendirent à une supérette quelques mètres plus loin, s'acheter un sandwich. La queue était courte, et elle sortirent bientôt du magasin avec leur déjeuner. Elle le mangèrent tranquillement à l'écart en discutant. La manifestation amusait beaucoup Magda, il y avait de l'animation, et même si rien de bien intéressant ne venait pour l'instant, elles voyaient tout de même des gens de l'Université.

Elles retournèrent peu de temps après au milieu de la foule, remontée et prêtes à reprendre de plus belle la manifestation. Il devait être dans les alentours de une heure de l'après-midi. C'était tout de même curieux que personne ne soit intervenu. Même les Gentleman restaient impassibles, alors que c'était eux qui étaient visés. Magda espérait tout de même que John Sucker allait prononcer deux trois mots en leur faveur, ou n'importe quoi qui prouvent qu'ils ne perdaient pas leur temps ici.

Malheureusement, il se produisit bien quelque chose. Quelque chose que aucun des étudiants n'aurait voulu voir. N'importe quel New-yorkais non plus, vu que des images géantes étaient retransmises en direct dans tout New York. S'ils avaient pu faire n'importe quoi pour éviter ça, ils l'auraient tous fait. De bon coeur. En tout cas, au bout d'un certain temps, alors qu'elles continuaient de scander le même slogan, des exclamations d'encouragement se firent entendre vers les barrières.

Magda regarda Kiddy avec un grand sourire. Finalement, oui, il devait se passer quelque chose. Elle se hissa sur la pointe des pieds, et s'appuya un peu sur les épaules des autres pour se rehausser encore un peu plus. Elle ne distingua pas grand chose tout d'abord, puis remarqua que les Gentleman s'agitaient. Ils finirent par dégainer en parfaitement harmonie leurs armes, parfois énormes, et les chargèrent en une fraction de seconde. Magda fronça les sourcils, puis cria avec stupeur une exclamation d'avertissement lorsque les robots braquèrent leurs armes droit sur les manifestants. Ils n'allaient tout de même pas...

Elle se baissa brusquement, au moment où les Gentleman ouvraient le feu. Des cris horrifiés retentirent, et la panique s'imposa subitement. Elle saisit la main de Kiddy et la serra, afin qu'elles ne soient pas séparées. Une gigantesque bousculade les secoua dans tout les sens, tandis qu'un nombre interminable de coups de feu les éliminaient un par un. Les gens hurlaient, se poussaient, tombaient, et parfois même mourraient. En quelque secondes à peine, la situation avait complètement dégénéré. Magda sentait son estomac se nouer, et la peur l'envahir, face à toute l'horreur qui évoluait sous leurs yeux.

Elle trébucha à moitié mais une main solidaire la rattrapa par le bras et la redressa fermement. Elle n'eut pas le temps de voir à qui elle appartenait, et fut aussitôt après embarquée avec Kiddy par la vague d'étudiants paniqués qui courraient tous vers la sortie, alors que bon nombre d'entre eux se faisaient massacrer par les robots. C'était juste ignoble. ses machines tuaient sans pitié un groupe énorme d'étudiants désarmés et innocent. C'était donc ça, la réaction de John Sucker?

Elle eut l'impression que la bousculade dura des heures. Aucune balle perdue ne les atteignit, fort heureusement, et elles avaient parvenu jusque là à rester ensemble. Elles avaient crié, appelé au secours -mais qui?- trébuché, et vu leur gabarit, elles auraient du mal à ne pas se faire emporter par le flot. Et ils avaient beau approcher de la sortie, les coups de feu restaient aussi forts, et étaient rejoints par d'autres, de plus en plus nombreux. Bientôt, il ne resterait pas grand chose de la manifestation.

Alors qu'elles étaient toujours entraînées, Magda leva les yeux vers les immeubles, et la stupéfaction la figea. Ils n'étaient pas les seuls touchés par ce retournement de situation. Partout, des vitres se brisaient, des robots tiraient, tuaient sans relâche... C'était simple, tout les Gentleman étaient en train de se retourner contre New York! Était-ce de leur propre gré ou... Sur demande? De John Sucker? C'était sûrement ce qu'il s'était produit à Atlanta. CQFD. Allaient-ils ne laisser aucune trace et tous mourir comme ces pauvres gens disparus à Atlanta? On n'avait retrouvé aucun témoin. Il n'y avait plus qu'à craindre le pire.

Un long moment passa avant qu'elles ne passent les grilles de Central Park. Elles furent littéralement éjectées de la foule et faillirent s'étaler au beau milieu de la rue, en pleine éradication, où de nombreuses voitures brûlaient et où les gens hurlaient en courant dans tout les sens. C'était stupéfiant. Magda entraîna Kiddy derrière une voiture encore intacte, garée contre la grille du parc. Elles étaient provisoirement à l'abri, accroupie ainsi.

"Kiddy, ça va? P*tain mais qu'est-ce que c'est que ça?" gémit-elle.

Elle se prit la tête dans les mains puis souffla un coup.

"On va s'en sortir, pas vrai? On ne va pas finir comme... Atlanta? On va s'en sortir, on va s'en sortir..."

C'était à présent qu'elle se rendit compte que si elle était saine et sauve -pour l'instant- ce n'était pas forcément le cas pour les autres. Lola? Matt? Luna et Sun? Et les autres? S'en étaient-ils sortis? Et... Roman? Elle était morte d'inquiétude et de peur à présent, les deux cumulés risquaient de vite lui faire péter un plomb. Il fallait qu'elles trouvent un moyen de se tirer de là, et vite. Où Diable pouvaient-elles aller?

avatar
Kiddy PalmerAdmin

_________________




Meine Farbe ist: LightSeaGreen
Messages : 138
Arrivée à New York : 21/09/2011
Age : 20

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Ven 2 Nov - 10:47

Kiddy s'amusait comme une folle en compagnie de Magda. Elle ne regrettait pas d'être venue même si cela lui avait valu une mauvaise nuit et un réveil plus que matinal. Elle se sentait bien et même heureuse. C'était tellement vivant une manifestation. Tous ces gens qui criaient ,chantaient et s'agitaient autour d'elles! Elle avait en quelque sorte retrouvée l'insouciance de son enfance. La jeune fille n'avait pas vu passer la matinée. Elle avait l'impression quelles venaient à peine d'arriver. Mais les gargouillis qui montaient de son ventre lui prouvaient que le temps avait passé et que cette matinée enchanteresse touchait à sa fin. les deux jeunes filles avaient refilé leur imposante banderole à un autre étudiant et avaient tant bien que mal fendu la foule vers une supérette espérant qu'il leur resterait encore quelques sandwich. Elles accédèrent rapidement à la caisse et ressortirent triomphante leur butin à la main. Butin qu'elles savourèrent sans plus tarder un peu à l'écart de la masse des manifestants.

Cette petite pause leur permit de parler sans avoir à se hurler dans les oreilles. Toutes deux s'étonnaient que rien d'important se soit passé. Que faisait John Sucker? Avait-il l'intention de s'adresser à eux? Elles l'espéraient très fort, quelle perte de temps si il n'en faisait rien. mais peut-être qu'il interviendrait en fin d'après-midi, après les avoir laissé mariner dans leur jus. Des questions plein la tête et un nouvel entrain les animant, elles retournèrent à l'assaut de la foule. Il était une heure. Elles ne le savait pas encore mais John Sucker allait intervenir rapidement et tous regretteraient de s'être levés. Mais ignorance entraînant insouciances elles repartirent de plus belle. Tels deux feu follets les deux microbes sautaient en tout sens faisant virevolter leurs cheveux, criant avec les autres et entraînant tout le monde par leur joie de vivre et leur dynamisme.


Mais bientôt des exclamations provenant des barrières retentirent. Kiddy tourna brusquement la tête, intriguée. Qu'y avait-il là-bas? Enfin qu'y avait-il à part les Gentleman? Curieuse elle aida Magda à se hisser sur la pointe des pieds pour essayer de voir ce qui se passait. Une expression se peignit sur son visage remplaçant le sourire qui y avait élu domicile. Mais que ce passait-il? Kiddy allait le lui demander lorsque son amie se baissa brusquement précédant due quelques seconde une salve de coup de feu suivie par des cris de panique et de hurlement d'horreur. Un frisson parcourus le dos de la jeune fille qui était trop surprise pour bouger. Une main s'empara de la sienne et la serra si fort qu'elle crut qu'elle allait l'écraser. Magda venait de se relever. Kiddy lui serra la main en retour. Elles s'aggripaient l'une à l'autre tel un naufragé à une bouée.

Un vent de panique secoua la foule des manifestants en traînant un bousculade sans précédent. Une véritable ruée vers les grilles. Ballottées en tous sens elle manquèrent de se retrouver à terre et évitèrent de peu les mortel piétinements. Partout autour d'elles retentissaient les coups de feu. Les Gentleman continuaient leur éradication sans broncher. Comment pouvaient-ils, comment osaient-il seulement s'en prendre à tous ces jeunes désarmés? Nombre d'entre eux tombaient blessés ou... morts. Le temps semblait s'être arrêté, et elle pensait qu'elle ne pourrait jamais atteindre les grilles du parc.

Mais au bout de ce qui leur sembla être une éternité elles y parvinrent en fin. Éjectées littéralement de la foule elle faillirent tomber sur le chaussée. la encore le carnage continuait. Les robots ne se contentaient pas d'éradiquer les manifestants, non ils s'en prenaient aussi aux New-Yorkais qui étaient rester chez eux. Les vitres des immeubles volaient en éclats qui retombaient pour certains sur la route. De partout jaillissaient des hurlements. La jeune fille retint un cris d'horreur lorsqu'elle vit un jeune garçons se faire jeter par un fenêtre brisée.sur la route des voitures brûlaient renversées sur le toit, des familles entières couraient partout cherchant désespérément un abri providentiel. Kiddy ne bougeait plus, figée par un tel déchaînement de violence. Ce n'était pas réel. Ça ne pouvait pas l'être. Une telle horreur ne pouvait exister que dans les films.

Son amie la tira de sa torpeur. Non tout cela était bien la réalité et elle ne devait pas se laisser submerger par tous ces évènements. Elles se blottirent derrière une voiture vide de ses occupants agrée contre les grilles de Central Park. Les deux jeunes filles reprirent leurs esprits dans cet abri de fortune. Kiddy pensait aux autres. A ses amis. Elle était en vie, enfin pour l'instant, mais ou étaient son frère, Lola, Matt et tous les autres. Elle s'en voulait d'avoir forcé Bradin à venir. Elle espérait de tout coeur que cette tête de bourrique ne l'avait pas écouté et était resté sagement chez lui.

Kiddy, ça va? P*tain mais qu'est-ce que c'est que ça?

Ça c'était... tout et rien. Ça c'était ce sentiment d'impuissance, la peur qui vous broyait le ventre, l'horreur de se sentir perdu. perdu au milieu de ça.

On va s'en sortir, pas vrai? On ne va pas finir comme... Atlanta? On va s'en sortir, on va s'en sortir...

Kiddy aurait voulu lui dire que tout cela ne les toucherais pas, qu'elles s'en sortiraient, qu'elles ne finiraient pas comme cette fille qui s'était écroulée sous ses yeux quelques minutes plus tôt pour ne plus se relever, une étoile rouge sur son front, qu'elles ne subiraient pas le sort de ce garçon qui avait chuté de plus de dix mètre renversé par sa fenêtre. Tout cela n'avait ni queue ni tête. Magda al tête dans les mains avait l'air désespérée. Kiddy passa son bras autour de ses épaules. Elle aussi était inquiète pour tous ceux qui lui étaient chers, elle aussi était morte de trouille, mais elles étaient ensemble. Et ça c'était déjà un miracle.

Je ne sais pas si on va s'en sortir, chuchota-t-elle,
mais je te jure qu'on va tout faire pour rester en vie. On est ensemble c'est déjà ça. Je ne sais pas ce qu'on peut faire pour l'instant. le mieux ce serait de se trouver un endroit tranquille, une bonne planque. On attendra que ça se calme pour en sortir. On a qu'à aller au campus! On ramasse nos affaires et on setire de cet endroit de fou. OK?

avatar
Magda SullyAdmin

_________________
Messages : 461
Arrivée à New York : 11/09/2011
Age : 20
Localisation : En compagnie de mon légendaire sens de l'orientation... C'est-à-dire : paumée!

Fichiers G4 Good
Points de vie:
70/100  (70/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://robotic-earth.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Ven 2 Nov - 16:38

La manifestation



Magda sentit le bras de Kiddy autour de ses épaules, réconfortant. Elle voudrait tellement que Roman soit avec elle, là, tout de suite. Certes, c'était un peu égoïste, mais elle était terrorisée, et il lui manquait... Disons, un certain courage qu'elle n'avait jamais vraiment prouvé. Elle était un peu du genre trouillarde, une souris qui va se planquer au moindre doute. Elle n'était absolument pas préparée à affronter une situation comme celle-ci. C'était trop à encaisser d'un coup. Elle était complètement dépassée, alors que quelques minutes plus tôt elle était en train de se dire que cette journée serait l'une des meilleures, en tant que fin d'études, mais elle allait au contraire tout gâcher. Si ça se trouvait, aucun d'entre eux n'allait survivre. C'était même fort possible. Kiddy lui souffla discrètement :

"Je ne sais pas si on va s'en sortir, mais je te jure qu'on va tout faire pour rester en vie. On est ensemble c'est déjà ça. Je ne sais pas ce qu'on peut faire pour l'instant. le mieux ce serait de se trouver un endroit tranquille, une bonne planque. On attendra que ça se calme pour en sortir. On a qu'à aller au campus! On ramasse nos affaires et on setire de cet endroit de fou. OK?

Le campus devait être désert à cette heure, vu que les étudiants étaient presque tous venus à la manifestation. Ceux qui étaient restés devaient déjà être morts, mais les Gentleman présents seraient partis depuis longtemps pour s'occuper de l'extérieur. C'était donc le dernier endroit où ils penseraient à aller. Oui, c'était sûrement la meilleure planque. Il faudrait qu'elles rassemblent quelques affaires et qu'elles aillent ailleurs ensuite. Elles devraient rapidement trouver une autre cachette, car elles ne seraient sûrement pas les seules à se rendre là-bas. Elle marmonna à son tour :

"Nous sommes pratiquement tous ici, le campus doit être désert. Dépêchons-nous, et soyons discrètes surtout."

Elle échangea un regard avec Kiddy, lui saisit à nouveau la main, et se reprit. Puis elle bondit hors de leur abri provisoire, et se rua derrière deux autres voitures au milieu de la rue, l'une à moitié en flammes. Elles se baissèrent pour ne pas se faire repérer et accessoirement ne pas être touchées par des balles perdues. Elles laissèrent passer trois étudiants qui courraient en hurlant désespérément, avant que l'un d'eux ne s'écroule. Magda saisit l'occasion pour traverser toute la rue en diagonale, suivie de Kiddy, avant de s'accroupir précipitamment derrière une poubelle, à cause d'un groupe de Gentleman trottinant jusqu'à la grande avenue, d'un pas rythmé et synchronisé. C'était juste stupéfiant de les voir agir. Ils n'étaient pas humains, mais ils en avaient les attitudes. Ajoutées à un sang-froid -aha- parfait. Ils semblaient imperturbable, et surtout indestructible.

Une fois qu'ils furent passés, les deux jeunes femmes, haletantes à cause de la peur qui les tenait fermement, continuèrent de courir. Elles n'osaient jeter un regard aux grands écrans qui retransmettaient à présent le massacre de Central Park. Elles atteignirent enfin le Campus, et Magda avait l'impression de fuir comme une lâche. Mais elles n'avaient pas le choix. Elles devaient sauver leur vie, avec d'autres personnes en plus elles se seraient faites repérées. Elles s'approchèrent, et Magda poussa prudemment la porte du hall pendant que Kiddy surveillait leurs arrières. Puis elles entrèrent précipitamment et refermèrent derrière elles. Elle lui exposa son plan en murmurant :

"Ce n'est pas fini. A partir de maintenant nous nous séparons chacune vers notre chambre. De là, on récupère ce qu'on peu, quelques vêtements, à la limite des provisions et on se rejoint devant l'entrée, d'accord? Pas plus de dix minutes chacune."

Elle sentit sa voix trembler, mais au moins elle savait que son plan était le meilleur. Peut-être dangereux, mais utile. Elle baissa la tête, puis se jeta finalement sur Kiddy, l'entourant de ses bras, éclatant en sanglots silencieux.

"Fais attention à toi. J'ai peur. J'aimerais que les autres soient avec nous."

Elle se recula et essuya ses larmes qui ne se tarirent pas pour autant. Elles ne devaient pas perdre de temps, et elles devaient se séparer.

avatar
Kiddy PalmerAdmin

_________________




Meine Farbe ist: LightSeaGreen
Messages : 138
Arrivée à New York : 21/09/2011
Age : 20

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Ven 2 Nov - 17:42

Kiddy espérait que Magda approuverait son plan. C'était la meilleure chose à faire. le campus déserté par les étudiants à cause de la manifestation devait être le seul endroit préservé du massacre. Les Gentleman avait dû partir cherché d'autre proie. Elle avait hâte de se retrouver dans sa chambre pour sauver ses souvenirs de Paris. Truc serait là pour l'aider. Et lorsque viendrait le moment de ressortir son aide leur serait précieuse. Elle était vraiment heureuse d'avoir un robot tel que lui. C'était sûrement le seul des siens à être bon.

Nous sommes pratiquement tous ici, le campus doit être désert. Dépêchons-nous, et soyons discrètes surtout.

Sur ces mots elles se relevèrent et Magda lui reprit sa main, déjà endolorie par la pression qu'elle y avait appliqué un peu plus tôt. Mais elle la lui relâcha aussitôt ce qui était une bonne idée car il serait plus facile de se déplacer si elles était totalement libres de leurs mouvements.
Un dernier regard partagé et elle bondirent de leur abri s'exposant de nouveau aux potentiels balles perdues. Les deux fugitives se dissimulèrent derrières d'autres véhicules en flammes. Un groupe d'étudiants passa en trombe devant leur planque, l'un d'entre eux s'écroula touché à mort. Combien allaient subir le même sort? Partout autour d'elles des corps gisaient dans la rue. Certains bougeaient encore et la jeune fille devait faire un effort surhumain pour ne pas leur venir en aide. Ce qui n'aurait servi à rien, a part à la condamner elle aussi.

Sur le chemin du campus elles durent redoubler de discrétion. A maintes reprises elles se jetèrent contre une porte ou par terre pour échapper à des groupes de Gentleman armés jusqu'aux dents. Ils étaient effrayants, de vrais machines destinées uniquement à massacrer des innocents. La révolte grondait en elle, mais la jeune fille devait se concentrer sur ce qui l'entourait. Une seconde d'inattention et son amie et elle ne seraient plus. De quoi vous donner les chocottes.

Elles parvinrent tant bien que mal à destination, étonnées d'être encore entière. Magda ouvrit le lourd battant de la porte pendant que Kiddy surveillait qu'aucun robot n'arrive dans leur dos. Elles entrèrent dans l'immense hall désert. Elles ne s'étaient pas trompé.

Ce n'est pas fini. A partir de maintenant nous nous séparons chacune vers notre chambre. De là, on récupère ce qu'on peu, quelques vêtements, à la limite des provisions et on se rejoint devant l'entrée, d'accord? Pas plus de dix minutes chacune.


Elle devait être au bout du rouleau car elle se jeta dans ses bras en pleurs.

Fais attention à toi. J'ai peur. J'aimerais que les autres soient avec nous.


La jeune fille se sentait épuisée. Sa nuit blanche se faisait sentir et son coeur battait la chamade. Le silence était oppressant. Elle avait peur. Tellement peur qu'elle avait des crampes au ventre. Leur situation n'avait rien à voir avec celle des films ou les héros gardent leur calme dans de telles situations. Mais eux étaient préparés à de tel catastrophe. Magda et elle n'étaient que deux jeunes étudiantes qui voyaient jusque là la vie en rose. Les larmes de Magda mouillaient sa chemise. Elle avait perdu sa veste en chemin. Kiddy retint avec peine les larmes qui voulaient à tout prix se frayer un chemin vers la surface. Elle s'interdisait depuis toute petite de pleurer. C'était pas bien pour elle. Cela ne la dérangeait pas que les autres pleurent sur son épaule mais elle ne voulait en aucun cas renverser les rôles. Elle aurait tellement aimé que les autres soient avec eux. Leur présence leur auraient fait du bien, et elle aurait été certainement moins angoissée. Mais ils n'étaient pas là. Elle ne savait même pas s'il étaient encore en vie ou même agonisant sur le bord d'un trottoir. Elle chassa ces tristes pensée de sa tête. Elle s'en occuperait plus tard.

Elles se séparèrent à contre coeur sans plus de paroles car elles savaient que sinon elle n'auraient pas le courage de partir chacune de son côté. Kiddy monta les marches quatre à quatre et parcourus les couloirs vide menant à sa chambre. Elle hésita à faire un détour par la chambre de Bradin. Elle espérait qu'il ne se soit pas fait tué dans son espace. En passant dans l'un d'eux elle trébucha sur un corps ensanglanté. Les yeux du cadavre la fixaient dans une expression d'horreur figée à jamais. Elle n put retenir un cris et courut aussi vite qu'elle le put jusqu'à sa chambre. Elle claqua la porte derrière elle et s'appuya dessus. A bout de force elle tomba à genoux et se prit la tête dans les mains. Mon dieu que leur arrivait-il? Une question se fraya un chemin dans son esprit: POURQUOI?

Kiddy releva la tête. La chambre était toujours aussi bien rangée, rien ne traînait sur le sol. Soudain elle sursauta en entendant un bruit de pas. Elle se ramassa sur elle même prête à bondir sur ce qui sortirait par la porte entrebâillée de la salle d'eau. Et c'est ce qu'elle fit. Elle sauta au cou de son Gentleman.

Truc! Je savais que tu serais là! Je suis contente que personne ne t'ai fait du mal. Tu va m'aider hein? Tu vas nous sortir de là n'est-ce pas?

Sans plus attendre elle attrapa un vulgaire sac à dos et se précipita vers son armoire. Elle y fourra tout ce qui avait de la valeur à ses yeux. elle en fit de même avec le contenu de sa commode. La jeune fille y mit avec soin tous ses albums photos et ses babioles qui lui avaient été offertes par ses amis lors de son départs. Elle fit même un tour part la salle de bain. Enfin elle accrocha sommairement un paire de roller sur le sac. Elle se releva parcouru une dernière fois sa chambre des yeux et résolue elle attrapa la poignée de la porte.

Aller Truc on y va! Magda m'a dit pas plus de dix minutes. On va pas désobéir qu'en même. J'imagine as la tête qu'elle va faire en me voyant avec toi. Je suis sûre qu'elle sera ravie.

Un ricanement tinta à ses oreilles et quelques chose de froid et dur se posa violemment dans sa nuque la faisant sursauter.. Une main de fer lui arracha le sac de voyage qu'elle tenait serrer contre son coeur. et l'envoya valser à l'autre bout de la pièce. Une peur irépréscible s'empara de la jeune fille. Elle avait l'impression d'être gelée, comme si la température de la pièce avait chuté.Le robot la retourna brutalement, elle se retrouva plaquée contre sa carapace métallique.

Sale petite vermine, lui sussura-t-il à l'oreille, tu m'a traité avec mépris me rabaissant à ranger ton bordel et t'acheté ta sale nourriture. Mais mon calvaire est terminé. Combien de temps ai-je attendu ce moment? Tu es entièrement à ma merci et tu va souffrir. Tu peux dire adieu à la vie...


Sue ce il gifla la jeune fille qui chuta sous la violence de l'impact. Elle porta la main à sa joue en feu. Le goût désagréable empli sa bouche. Alors qu'il s’apprêtait à porter de nouveau la main sur elle, la colère qu'elle contenait depuis le début du massacre la submergea. Elle bondit en rugissant et se jeta sur son Gentleman. Surpris par sa réaction il resta sans bouger.Kiddy lui envoya un coup de poing ce qui fut totalement inutile. Elle gémit en entendant ses phalanges craquer et s'empressa de ramener son membre endolori à elle. Furieux le robot la repoussa violemment. L'étudiante perdit l'équilibre, essaya de se rattraper , renversa sa table de travail. Elle finit sa course les quatre fers en l'air a coté de son sac. Elle le retourna et en vida le contenu par terre. Fébrilement la jeune fille saisit le couteau de marque suisse que son ami lui avait offert lors de son départ pour les Etats-unis. Elle le glissa dans sa poche. Il lui serrait surement utile et elle ne voulait pas le perdre.

A présent le Gentleman braquait son arme sur elle et s'en approchait pas à pas. Il prenait un malin plaisir à faire durer sa mise à mort. Il avait tout son temps et ne désirait pas gâcher ce moment unique. Sa vengeance. Dans l'énergie du désespoir Kiddy saisit un vase qui s'était renversé à ses pieds et le lança sur le robot qui l'écarta d'un geste dérisoire. L'objet se brisa à ses pieds. Il se saisit de la jaune fille et la força à s'agenouiller devant lui.

Vois-tu l'ennui de ces armes à feu c'est que cela tue trop vite.

Mais qu'est-ce qu'il racontait? Qu'est-ce qu'il allait encore inventer pour la voir souffrir?? Elle se sentait au bout su rouleau. Lutter ne lui servait plus à rien. il était trop fort. Invincible derrière sa carapace de fer. Qu'est qu'elle s'imaginait? Qu'une petite comme elle pourrait en venir à bout? N'importe quoi. La main de fer se glissa dans sa poche et en sortit le couteau qu'elle y avait placé. Il déplia la lame parfaitement aiguisée et la promena sur la gorge de Kiddy. Elle frissonna lorsqu'il prit sa paume et qu'il y appuya la lame.

Paralysée par la peur elle ne réagit pas lorsque la lame perça la peau. Elle bondit en hurlant pressant sa main contre sa chemise blanche. Folle de rage et de douleur elle lui arracha l'arme et voulu s'en servir à son tour mais il lui serra le poignet jusqu'à ce qu'elle ne puisse faire autrement que de le lâcher. Puis il appuya sur la gâchette de son arme. Rien ne se passa. Il poussa un juron. Profitant de cette aubaine Kiddy voulut lui fausser compagnie mais il la saisit, la souleva légèrement et de toute ses forces il l'envoya contre la porte de bois qui vola en éclat. Kiddy retomba inanimée dans le couloir au milieu d'une forêt de morceaux de bois.

Le Gentleman s'approcha. Voyant le visage pâle de la jeune fille il pensa qu'il avait achevé son oeuvre. Et personne ne pouvait survivre à un tel choc. Content de sa besogne il quitta le campus dans l'espoir que ses collègues lui aient laissé quelque autre personnes à se mettre sous la dent.

La jeune fille se réveilla quelques minutes plus tard. Elle ouvrit prudemment un oeil. Le couloir était désert tout comme sa chambre. Elle devait partit. Le plus vite possible, le plus loin possible. Kiddy se sentait seule, abandonnée. Tout son corps la faisait souffrir. Elle voulut se relever mais y renonça. Elle choisit donc la ramping. Petite elle avait toujours été plutôt doué pour ce genre de chose.C'était sans compter sur les traîtres morceaux de bois. La jeune fille grogna en sentant quelque chose pénétrer dans sa cuisse. Elle s'assit et vit un de ces débris de plusieurs centimètres enfoncé dans sa cuisse. Et merde. Du sang coula le long de sa jambe maculant son jean jaune fluo qui ne ressemblait plus à rien. Elle se passa la main sur le visage et se rappela ensuite qu'elle était elle aussi en sang. Tant pis, elle ne devait plus ressembler à rien.

Ignorant la douleur qui fusait de sa cuisse meurtrie elle parcourue le couloir à quatre pattes et parvenue au escaliers se releva et commença sa descente. Elle roula finalement jusqu'en bas n'ayant pu éviter la chute. La jeune fille lâcha une série de gros mots. Elle en avait marre. Marre de tout. Bien qu'elle sache qu'elle ne doive pas s'attarder en ces lieux elle s'accorda une pause. Puis elle repartit toujours à quatre pattes. Tout se passa bien (enfin façon de parler) jusqu'à ce qu'elle se retrouve en face d'une paire de pieds.

Qu'est-ce que..., commença-t-elle.


Dernière édition par Kiddy Palmer le Dim 4 Nov - 17:14, édité 1 fois
avatar
Magda SullyAdmin

_________________
Messages : 461
Arrivée à New York : 11/09/2011
Age : 20
Localisation : En compagnie de mon légendaire sens de l'orientation... C'est-à-dire : paumée!

Fichiers G4 Good
Points de vie:
70/100  (70/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://robotic-earth.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Ven 2 Nov - 18:25

La manifestation



Magda se sépara finalement de Kiddy, et monta prudemment les marches menant au premier étage, vers sa chambre. Elle arpenta le couloir, silencieuse. Certaines portes étaient ouvertes, mais elle n'osait pas lancer un regard à l'intérieur des chambres, qui devaient être sans dessus dessous, de peur de reconnaître quelqu'un. Mort. C'était trop lui demander. Elle atteignit enfin la porte. Elle ouvrit précipitamment la porte, et la referma soigneusement derrière elle, en silence. Puis elle s'appuya un instant sur le battant.

Elle avança dans la chambre, saisit son sac de cours qu'elle vida sur le bureau, se laissa tomber à genoux devant le bordel de sa chambre et le remplit à nouveau de quelques vêtements, sous-vêtements, un paquet de biscuits et une tablette de chocolat qui traînaient là. Elle s'empara également d'une paire de tennis, plus pratique pour marcher. Elle alla jusqu'à sa table de nuit, et observa le cadre photo qui l'ornait. C'était sa photo avec Roman. Où était-il en ce moment? Elle n'avait pas la moindre idée. Elle saisit le cadre et le fourra dans son sac.

Dehors, les coups de feu paraissaient plus lointain qu'à Central Park. Normal, le coin n'était pas très peuplé. Et il n'y avait personne au Campus. Elle ferma la fermeture éclair de son sac, et le jeta sur son épaule. Puis se figea. Derrière elle, un déclic fit monter une vague d'angoisse dans sa gorge qui se noua. Elle déglutit et se retourna lentement. "Pas encore..." pensa-t-elle.

Son Gentleman se tenait dos à la porte, qu'il venait de fermer à clé. Que faisait-il là, l'abruti? Pourquoi fallait-il qu'il l'ait attendu ici plutôt que d'aller avec les autres? Elle sentit que ses nerfs allait lâcher, mais aussi que ce n'était pas le moment. Le robot tenait fermement dans ses deux mains un revolver d'une taille qui en disait long sur son efficacité. Il enfonça la charge d'un simple geste, et leva l'arme vers l'étudiante. Pétrifiée sur place.

Si un idiot avait de l'humour, il aurait pu dire "je suis trop jeune pour mourir". C'était certes le cas, mais elle avait autre chose en tête. Comment s'en tirer, par exemple. Elle ne voyait qu'une solution. Elle plongea vers une chaise en bois dans un coin au moment où le Gentleman pressa la détente, la manquant d'un cheveux. Elle brandit la chaise devant elle, pour se protéger, et chercha une issue de secours. Elle n'en voyait pas franchement, si ce n'était la fenêtre.

Elle opta pour la fenêtre. Elle se tourna vers elle, protégeant toujours sa tête avec la chaise, et courut. Le Gentleman vidait son chargeur dans sa direction, mais il ne la toucha pas. Jusqu'à ce qu'elle atteigne la fenêtre. Le bruit fut infernal. La vitre explosa sous le choc en mille morceaux, et le Gentleman tira à nouveau, au même moment. Magda sentit comme un déchirement quelque part au niveau de son abdomen. Une douleur infernale, qui l'assaillit tout au long de sa chute, qui lui parut durer une éternité.

Elle hurla de toute la force de ses poumons. Sous la douleur, elle lâcha la chaise, qui se brisa au sol. La jeune femme heurta brutalement le sol, un étage plus bas, juste après la chaise, et roula plusieurs fois avant de s'arrêter, allongée sur le dos au milieu de la rue. Les bouts de verre retombés quelques instants auparavant l'entouraient, et certains lui avaient entaillé la peau. D'autre étaient dispersés dans ses cheveux, étalés autour de son visage.

Elle respirait difficilement, tandis qu'une tâche rouge s'élargissait sur son haut, quelque part entre sa hanche gauche et ses côtes. Elle cligna plusieurs fois des paupières, et elle vit de plus en plus flou. Sa vue se troubla, et elle eut l'impression que tout avait perdu sa couleur. Tout était uniquement en noir et blanc, et perdait également en luminosité. Elle finit par fermer les yeux, et perdit connaissance.

Le Gentleman alla jusqu'à la fenêtre, arme en main, observa son oeuvre, et, satisfait, sortit de la chambre.




Spoiler:
 
avatar
Jack Sparting
Messages : 32
Arrivée à New York : 22/09/2011

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Sam 3 Nov - 14:31

Jack,
ou comment regretter d'être aller travailler ce jour-là.

.


Ce matin-là, Jack se leva, comme toujours, à sept heures, émergeant de sous la couette et écrasant le réveil du plat de la main pour le faire taire. Il était fatigué, et se demandait s'il n'allait pas prendre congé un jour ou deux pour récupérer un peu. Il travaillait sans relâche depuis ces derniers jours, et avait l'impression de ne jamais en faire assez. Et aujourd'hui, la journée allait être d'autant plus remplie que c'était le jour de la manifestation des étudiants à Central Park. Jack se demandait franchement ce qu'avait l'intention de faire John Sucker à leur sujet. Il n'en avait pas dit un mot malgré les interrogations de ses employés. Ils ne savaient donc absolument pas à quoi s'attendre. Il ne semblait tout simplement pas s'en préoccuper.

Il se leva, réveilla au passage Klervi qui avait elle aussi du mal à se tirer du lit le matin, et bien que le réveil sonne avec un volume plutôt puissant, il était toujours obligé de passer derrière pour la réveiller. Elle voulait bien se coucher tard, ça oui, mais pour se lever ensuite, c'était une autre histoire. Il se prépara rapidement, et une demi-heure plus tard, ils étaient tout les deux dans leur bureau. Jack alluma sont ordinateur afin de visionner le programme de la journée. A première vue, pas grand chose. En fait, c'était comme si subitement il n'y avait plus rien à faire dans l'entreprise. Peut-être que finalement John Sucker avait prévu quelque chose pour les étudiants. L'espoir fait vivre.

Au bout de plusieurs heures, alors que le déjeuner était passé, les volets électriques se fermèrent subitement, tous ensemble, sans que personne ne touche à rien. Les lampes grésillèrent, clignotèrent plusieurs fois puis s'éteignirent. Ils étaient plongés dans l'obscurité. Les ordinateurs s'étaient éteints, sauf les portables qui se branchèrent sur la batterie. Pourquoi tout c'était arrêté pile après la fermeture inattendue des volets? C'était tout de même perturbant, même si la panne pouvait être accidentelle. Jack se leva, dit à Klervi de rester dans le bureau, et rejoignit le couloir.

D'autres curieux avaient sorti la tête hors de leur bureau, se demandant également ce qu'il se passait. Il faisait noir partout. Seules les lumières des sorties de secours éclairaient faiblement le couloir. Plus loin, on entendait de l'agitation, des voix. Peut-être une exclamation, mais pas sûr. Une lumière bleutée apparue alors à l'angle du couloir. Une dizaine de Gentleman surgirent -la lumière provenait de leur torse éclairé de l'intérieur- , et à la surprise générale, ils étaient tous armés jusqu'aux dents, portant de lourdes mitrailleuses ou d'autres armes plus complexes. Jack écarquilla les yeux et courut jusqu'à son bureau, avant d'en fermer la porte à clé.

"Klervi! Il faut qu'on se tire d'ici, tu m'entends? Ils sont dehors, armés et... Oh bon sang, il faut qu'on trouve une issue!"

Il se jeta contre la fenêtre et l'ouvrit, avant de donner plusieurs coups dans les volets qui ne bronchèrent pas. Ils étaient coincés dans ce foutu bureau. C'était un piège ou quoi? Et qu'est-ce qu'il se passait avec ces Gentleman? Si ça se trouve c'était une question de sécurité. Mais vu la façon dont ils braquaient leurs armes devant eux, ce serait plutôt étonnant. Des pas se rapprochèrent dans le couloir, et Jack se plaça devant Klervi.

"Surtout, ne bouge pas", souffla-t-il.

D'un simple geste, le Gentleman enfonça la porte, et pointa son arme sur les deux personnes présentes dans la pièce. Il était seul, les autres derrière lui continuaient leur chemin, se rendant sans doute aux bureaux voisins. Il déclara d'une voix métallique :

"Surtout, pas un geste agressif, pas une tentative d'évasion ne sera tolérée, posez les mains sur la tête et veuillez me suivre."

Jack hésita, puis, sous le regard du robot, il leva lentement les mains et les posa sur sa tête. Klervi avait fait de même. Le Gentleman se recula un peu, et les laissa passer, avant de leur indiquer la direction à suivre. Ils se rendaient vers le Hall. D'autres groupes de personnes menacées également pas d'autres Gentleman les précédaient et les suivaient. Certains portaient même des traces de coups. D'autres avaient les larmes aux yeux. Lui, il ne savait pas quoi penser. Mais qu'est-ce que c'était que cette histoire? Ce n'était juste pas possible, il devait rêver.

avatar
Roman Stuart
Messages : 45
Arrivée à New York : 08/11/2011
Age : 22
Localisation : Quelque part entre ici et là bas

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Dim 4 Nov - 11:25

Pourquoi suis-je venu à la manif'?
Je me fais ch*er depuis tout à l'heure surtout que Luna m'envoie des regards assassins. Je crois que depuis tout à l'heure, elle m'a tué une bonne dizaine de fois.
Peut être que j'aurais dû chercher Magda parce que là, je ne vais pas tarder à craquer.
Bon... Est-ce que quelqu'un pourrait pimenter la manifestation?
C'est super intéressant de regarder des gentlemen immo... Non pas immobiles mais armés et prêt à tiré...
Je n'en avais pas demander autant.
- Luna on devrait...
Trop tard, ils avaient déjà ouvert le feu. Je me baisse et ferme les yeux. Je crois bien que je panique. Je ne veux pas entendre ces cris, je ne veux pas voir ces corps s'écroulaient morts. La chair de poule parcourut mon corps puis j'ouvre les yeux. Mon instinct de survie prenait le dessus.
J'agrippe Luna et commence à courir. J'évite de regarder les visages horrifiés. J'accélère et voix une fille, paniquée.
- reste pas là! Ils vont te tuer!
Elle semble ne pas me voir. Les vitres se brisent soudainement, une pluie de verre s'abat sur la rue. Je protège la jeune fille. L'emmenant avec nous. Des bouts de verres me griffent la peau.
Je crois bien Ue je n'ai jamais couru aussi vite de ma vie.
Les balles fusent, je baisse la tête et grince des dents. Quand je pense qu'avant je croyais que ça n'arrivait qu'aux autres! Quel con je fais!
Il faut fuir! Mais où? C'est bien malheureux s dire mais les gentlemen sont partout. Il y a bien le campus mais...
Une balle ricoché devant moi, je tourne la tête et aperçoit les corps ensanglantés. C'est un massacre... Un put*in de massacre comme à Atlanta!
Pourquoi sommes nous si naïfs? Ils avaient prévenus pourtant dans les films.
Allons nous finir comme cette population de la ville d'Atlanta?
Je secoue la tête... Ne pas y penser.
Comme ne pas penser à Magda.
Merde j'y ai pensé. Où est-elle? J'ai peut pour elle. Pourquoi je en l'ai pas chercher avant? Je ne peux que l'imaginer vivante.
Et les autres? Sont-ils parmi les cadavres?
Non, ils ont résisté... Je ne peux pas imaginer le contraire.
Mais le sort de Magda m'obsède.
"C'est pas le moment!" Me dis-je
Oui il faut aider Luna et la fille. De nouveaux coups se font entendre derrière nous.
Je me cache derrière une voiture et m'accroupi derrière une vitre. Des gentlemen s'avançaient.
- qu'est ce qu'on fait?
J'ai peur... Oui que j'ai peur. Je suis paniqué, mon cœur bat trop votre, je ne sens plus ma gorge a forcé d'avoir couru.
Putain de machines
Putain de G4 Good
Putain de John Sucker.
avatar
Bradin Swende
Messages : 24
Arrivée à New York : 28/08/2012
Age : 20

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Lun 5 Nov - 11:23

Bradin s'ennuya prodigieusement pendant cette matinée. Il n'avait rien à faire. Il finit même par regretter de ne pas être allé à cette manifestation. IL n'était pas resté plus d'une vingtaine de minutes sur son banc. L'écran géant avait vite perdu tout intérêt. Le jeune homme avait donc parcouru Manhattan à pieds. Il avait suivis le déroulement de la manifestation grâce à tous les écrans présents dans les rues. c'était quand même étrange qu'il y en ai autant. Certes ce rassemblement était important mais il 'était pas non plus vital que tout New-Yorkais le voit. Pourtant cela en donnait l'impression. Mais qui pourrait avoir intérêt à faire une telle chose? Il l'ignorait. Et cela lui importait peu. C'était du moins ce qu'il croyait.

Il rentra dans un bar et commanda un café. Même là la télévision retransmettait les faits et gestes des manifestants. Une chose cependant le chiffonnait. La manifestation était encadrée par des Gentleman. C'était un peu abhérant étant donné que ce rassemblement était en fait une accusation publique à leur encontre. Vers une heure il déjeuna dans un café proche de Central Park. Même de là ou il se trouvait il entendait vaguement les clameurs qui en provenaient. Finalement il était bien content de pas s'y être rendu. Au lieux d'être comprimé dans ce troupeau il se trouvait dans un café très sympa. Cela lui convenait parfaitement.

Lorsqu'il sortit après avoir payé la note il entendit quelque chose comme un série de claquement suivis par une série de cris stridents. Saisit d'un mauvais pressentiment il leva la tête vers l'un des écrans accroché à la façade d'un immeuble. Son sang se glaça. Les robots de John Sucker qui jusque là étaient resté impassible s'étaient mis en branle et tiraient à présent sur les étudiants désarmés. Une énorme bousculade s'en suivit. Une véritable ruée vers les grilles de ce qui était devenu un piège pour tous ceux qui s'y trouvaient. Il vit beaucoup d'entre eux se faire massacrer impitoyablement. Mais pouvait-on seulement espérer de la pitié de la part d'un robot? Même s'il étaient étonnement perfectionnés il ne pouvaient pas avoir un tel sentiment propre à l'Homme. Saloperies de Gentleman. Il ne leur avait jamais fait confiance et apparemment il avait eut raison. Il avait encore bien fait en ne se rendant pas à la manifestation. Il ignorait comment il devait réagir. Finalement Bradin décida d'aller voir devant l'entrée du parc s'il pouvait faire quelque chose. Il se mit à courir. Le jeune homme était très doué pour la courses. Ses longues heures de footing n'avaient pas été inutiles. Peu à peu sa foulée s'était allongée, son endurance s'étai de beaucoup améliorée. En quelques instants il parvint à destination.

Le carnage avait gagné la rue. des épaves de voiture en feu gisaient n peu partout. Des corps aussi. Même les citadins n'étaient pas à l'abri, les Gentleman s'attaquaient au immeubles voisins du parc. Gentleman... ouais c'est ça. Quel nom curieux pour des robots destinés à massacrer une population sans défense. Une balle siffla à ses oreilles. Il se terra derrière une voiture en feu. Peut-être un peu trop près. Le bas de son jean commença à émettre quelques flammèches qu'il éteignit comme il le put. Non il n'avait rien à faire ici. Brad prit donc la poudre d'escampette. Ses pas le menèrent tout naturellement sur le chemin du campus. Pourquoi pas se dit-il, le campus doit être presque vide, puisque tout ces imbéciles sont tombés les yeux fermés dans le piège qui leur était tendu.

Il arriva sans encombre devant la porte de l'établissement. IL avait réussi sans trop de mal à passer discrètement derrière les patrouilles de robots qui se déployaient dans la ville. le jeune homme poussa la porte et la referma derrière lui. Le silence était total. Il avança prudemment dans le hall. Un bruit de chute venant des escaliers le fit sursauter. Bradin se retourna et revint sur ses pas pour s'en rapprocher. C'est alors qu'il tomba sur une jeune fille se déplaçant à quatre patte. Apparemment elle ne l'avait pas vu car elle sursauta en se retrouvant face à sa paire de basket.

Qu'est-ce que...

Elle releva la tête. il la reconnu sans peine même si son visage portait des traces de sang.

...tu fais là, c'est ça que tu voulais dire? et bien je ne sais pas. Mais je pourrais te retourner la question. J'ai l'impression qu'il vaudrait mieux qu'on quitte cet endroit. Je ne sais pas ou on pourrait aller.C'est le bordel total dehors. Je me demande même si il y a un endroit ou on serais à peu près en sécurité. mais certainement pas ici.

Il la prit par le bras et la remit sur pieds. Le jeune fille fit la grimace et une taché de sang sur sa cuisse attira son regard. Il y avait en fait quelques chose planté dedans. Quelque chose sui ressemblait à un bout de bois.

Mais qu'est ce que t'as encore fabriqué?
avatar
Kiddy PalmerAdmin

_________________




Meine Farbe ist: LightSeaGreen
Messages : 138
Arrivée à New York : 21/09/2011
Age : 20

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Lun 5 Nov - 16:05

...tu fais là, c'est ça que tu voulais dire? et bien je ne sais pas. Mais je pourrais te retourner la question. J'ai l'impression qu'il vaudrait mieux qu'on quitte cet endroit. Je ne sais pas ou on pourrait aller.C'est le bordel total dehors. Je me demande même si il y a un endroit ou on serais à peu près en sécurité. mais certainement pas ici.

Elle reconnut sans peine la personne à qui appartenaient les pieds. Cette voix aux intonations si particulières, comme s'il se moquait toujours de vous. Bradin. Elle était vraiment heureuse de le trouver là. C'était comme si un poids s'était ôté de sa poitrine. Le jeune homme lui saisit le bras pour le relever. Elle grimaça suite aux élancements provenant de sa cuisse blessée.

Mais qu'est ce que t'as encore fabriqué?

Ça c'était un peu bête comme question. Était-ce sa faute si les robots étaient devenus fous?

Laisse tomber, dit-elle sèchement, je t'expliquerais plus tard.

Bradin lui jeta un regard étonné. La jeune fille regretta vite ses paroles. Elle n'avait pas voulu être aussi brusque et froide. Ça ne lui ressemblait pas. Vertes elle était épuisée mais ce n'était pas une raison pour passer ses nerfs sur son ami. Il lui fallait du repos. Une journée entière de sommeil, et encore elle doutait que cela soit suffisant. Mais elle devait garder la tête froide. L'enfer n'était pas fini.

Excuse-moi, je ne voulais pas être aussi brusque. Je suis fatiguée...

Le jeune homme l'aida et clopint-clopant elle put gagner le centre du hall. De là ils se dirigèrent vers la sortie. Kiddy avait l'impression d'oublier quelque chose d'important. Elle sentait un grand vide en son coeur. Un sentiment désagréable. Elle se sentait... seule? Non pas tout à fait et puis comment l'aurait-elle put alors qu'elle était collée contre Brad? Non c'était autre chose. Ce trou de mémoire était sans aucun doute au choc que lui avait causé sa lutte contre son robot. Et le fait de s'être écrasé contre sa porte n'arrangeait certainement rien. Kiddy ralentit le pas, puis s'arrêta totalement. Elle avait le souffle court, parce qu'elle était fatiguée de l'effort qu'elle devait fournir pour se déplacer mais aussi car elle se sentait tellement oppressée. Elle devait absolument trouver pourquoi.
S'appuyant contre le battant de la lourde porte d'entrée, la jeune fugitive repassa les évènements de cette journée. Et elle se souvint...

Magda... murmura-t-elle,

Puis elle reprit en criant:

Magda!!

Elle avait froid. Elle tremblait. Elle ne comprenait pas. Ignorant la douleur qui fusait de sa cuisse elle revint dans le hall. Désert. Pas âme qui vive. Pas de Magda. Une main se posa sur son épaule mais elle savait que c'était celle de Bradin. Elle se dégagea et se dirigea résolument vers les escaliers. Il fallait qu'elle sache. Ou était son amie. Elle devait être là depuis longtemps. Un mauvais pressentiment la saisit. Magda devait tout comme elle être tombée sur un Gentleman furieux. Avide de sang. Peut-être était-elle... non elle ne devait pas y penser. Celle su'elle considérait comme sa soeur d'âme ne pouvait qu'être vivante. Elle n'avait pas le droit de la laisser seule. Pas le droit. Comme si elles avaient eut le choix. Brad la rattrapa alors qu'elle s'apprêtait à entamer sa montée qui s'annonçait bien pénible. Il retourna la jeune fille vers lui et lui serra les bras dans ses mains. Mécontente d'être ainsi stoppé dans son élant elle essaya de se dégager de son emprise mais sans succès.

Lâche-moi! Tu peux pas comprendre. Tu dois me laisser y aller. Elle doit m'attendre là-haut. J'ai déjà trop traîner.


Dernière édition par Kiddy Palmer le Mar 6 Nov - 9:34, édité 1 fois
avatar
Lola MargingAdmin

_________________

My coulour is Pinkblue
Messages : 147
Arrivée à New York : 02/01/2012
Age : 22
Localisation : Où je suis? Où je suis... Tiens, c'est une bonne question ça.

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Mar 6 Nov - 0:55

[Ouch! Vous avez fait trop de choses en trop peu de temps. Bouuuuh, j'étais pas là moiiiiii. Bon, pas grave, je vais essayer de me rattraper. Juste le temps de tout lire, et j'édite, promis!]
avatar
Bradin Swende
Messages : 24
Arrivée à New York : 28/08/2012
Age : 20

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Mar 6 Nov - 10:22

Laisse tomber, je t'expliquerais plus tard.

La jeune fille avait parler sèchement. Il ne la connaissait pas depuis longtemps mais il se doutait que cela ne lui ressemblait pas. Il ne lui en tint pas rigueurs. Comment aurait-il pu? Brad ignorait ce qui lui était arrivé mais cela n'avait pas l'air bien folichon.

Excuse-moi, je ne voulais pas être aussi brusque. Je suis fatiguée...

Personne n'aurait pu en douter. Elle était pâle et ses yeux cernés lui donnaient un petit air de famille avec un zombie. Mais elle n'en était pas moins jolie. Elle s'appuya sur son épaule et il passa son bras dans son dos. Il l'aida à traverser le hall. Plus ils se rapprochaient de la porte et plus elle ralentissait. Bradin crut que c'était dû à sa jambe mais elle paraissait en grande réflexion. Arrivés devant la porte elle s'arrêta totalement et s'appuya sur celle-ci. Une ride se creusa sur son front. Mais à quoi pouvait-elle donc penser? Quelques instants passèrent. Rien ne vint troubler le silence qui s'en faisait pesant. Puis elle pâlit encore plus si c'était possible. un murmure s'échappa de ses lèvres.

Magda...

Elle repris ce nom en criant et se mit à trembler. Qu'est-ce qui se passait? Elle n'avait vraiment pas l'air bien. Ils devaient partir tout de suite. Le jeune homme ouvrit un des battants de la porte et jeta prudemment un coup d'oeil dehors. Personne. Il se retourna pour la faire sortir mais il n'y avait plus personne à ses côtés. Il la vit retournant en boitillant vers les escaliers. Il soupira. Elle n'en faisait qu'à sa tête. Elle en était même inconsciente. En trois quatre foulés il la rattrapa, la prit par les bras et la retourna face à lui. La jeune fille tenta de s'enfuir de nouveau mais elle contre lui c'était un peu comme David et Goliath.

Lâche-moi! Tu peux pas comprendre. Tu dois me laisser y aller. Elle doit m'attendre là-haut. J'ai déjà trop traîner.

Qu'est-ce qui lui faisait croire qu'il ne pouvait pas la comprendre? Mais il ne la laisserait jamais retourner de là ou elle venait. Il n'était ni insensé, ni irresponsable. Ni stupide. Il sentait qu'elle ne trouverait rien là-haut.

Réfléchi ne serait-ce qu'une minute. Veux-tu vraiment retourner là-haut? Est-ce que c'est vraiment utile. Alors je vais te répondre. Non c'est inutile. Alors que tu sois d'accord ou non je vais te mettre dehors.

Sans attendre son consentement il la souleva de terre et sans plus attendre il passa la porte et une fois dehors il la reposa sur le sol. Bradin s'appuya contre la porte lui interdisant ainsi l'accès au campus. la jeune fille ne prononça pas un mot et fit quelque pas sur le trottoir avant de s'arrêter net. Figée, les yeux braqués vers ce qui semblait être un corps allongé sur la route et entouré de tessons de verre. Il rejoignit Kiddy en quelques instants. Elle ouvrait de grands yeux horrifiés. Bon c'est vrai voir un corps comme ça cela pouvait être choquant, mais elle devait en avoir vu d'autre puisqu'elle s'était rendu à la manifestation.

Tu sais ce n'est pas en restant figée que tu va pouvoir l'aider.

Kiddy le regarda comme si ce qu'il venait de dire était étrange. Puis elle sembla prendre ses paroles au sérieux et franchit les quelques mètres qui la séparaient du corps immobile.
avatar
Magda SullyAdmin

_________________
Messages : 461
Arrivée à New York : 11/09/2011
Age : 20
Localisation : En compagnie de mon légendaire sens de l'orientation... C'est-à-dire : paumée!

Fichiers G4 Good
Points de vie:
70/100  (70/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://robotic-earth.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Mar 6 Nov - 14:02

La manifestation



Magda émergeait de temps en temps de l'inconscience, de façon très désagréable à chaque fois. La douleur l'assaillait par vague, et lorsqu'elle ne se tordait pas mentalement de douleur, elle se sentait parcourue de fourmillements insupportable, et en même temps elle ressentait comme un immense vide autour d'elle. Parfois, elle parvenait à sentir le sol glacial contre sa joue, et la brise légère qui parcourait paresseusement la rue. C'en était presque douloureux.

Elle était incapable d'effectuer le moindre geste, encore paralysée par la douleur, mais aussi la peur. Peur que le Gentleman ne revienne, et ne constate qu'il n'avait accompli son oeuvre qu'à moitié, et ne décide d'en venir à bout. Quelque part, ce serait un soulagement, cela mettrait un terme à sa douleur, et sa mort serait certainement plus longue que celle qu'elle était en train de vivre.

Même si elle avait du mal à aligner deux pensées cohérentes, elle se demandait si Kiddy avait pu s'en sortir. Son Gentleman était-il lui aussi resté dans sa chambre, et qu'avait-il fait? Elle pria pour que son amie ait pu s'enfuir saine et sauve. Ce qui ne serait sûrement pas son cas. Bien au contraire. Elle sentait son corps de plus en plus léger, ou plutôt le sentait de moins en moins. Sa blessure ne lui faisait presque plus mal, mais elle espérait que c'était uniquement dû au fait qu'elle était immobile plutôt que le fait qu'elle soit en train de mourir. En fait c'était largement préférable même.

Elle avait dit à Kiddy de se retrouver en bas au bout de dix minutes. Dix minutes qui devaient être largement passées d'ailleurs. Pourvu que la petite brune ait pu quitter sans encombres le campus, et qu'elle n'ait pas cherché à aller la retrouver dans sa chambre. Elle ne savait même pas si le Gentleman y était resté. Sûrement que non, mais c'était toujours possible.

Tout paraissait étrangement calme, même si très loin elle croyait reconnaître le bruit des coups de feu. La rue devait être déserte en tout cas. Au bout d'un long moment, alors que Magda était toujours immobile, la respiration faible, elle perçut quelque part autour d'elle une sorte de bourdonnement. Et se rendit compte qu'il s'agissait en fait d'une voix, plutôt grave, qui devait appartenir à un jeune homme peut-être.

Elle put après de nombreux efforts remuer très légèrement la main droite, posée sur sa blessure. Elle se crispa aussitôt, constatant que la douleur avait refait surface, et les sons se précisèrent autour d'elle. Elle entendit comme des pas qui crissaient sur quelque chose, et se rapprochaient. Un peu plus loin, la voix masculine qu'elle avait entendu.

"...figée que tu va pouvoir l'aider."

Aider qui? Où? Comment? C'était d'elle qu'on parlait? Peut-être. Les pas s'étaient rapprochés, et au prix de nouveaux efforts surhumains elle ouvrit lentement les yeux, et cligna plusieurs fois des paupières. Sa vue était complètement brouillée, et des tâches rouges parsemait son champ de vision. Elle ne distinguait pas grand chose. Le ciel au-dessus d'elle, peut-être, gris, trop lumineux, agrémenté d'une fumée sombre qui s'élevait lentement. Une nouvelle tâche, brune cette fois, vint occuper son champ de vision. Elle parvint tout de même à la reconnaître. Elle laissa échapper avec espoir :

"Kiddy...?"

Elle pensait avoir vu juste, et elle avait beau voir totalement flou, elle avait quand même reconnu le visage de sa soeur d'âme. Puis une touffe blonde vint s'incruster à côté de Kiddy. Elle ne le connaissait pas.

"Vous êtes un... Ange? Je suis morte?" souffla-t-elle à voix basse.

Cela aurait été fort probable si elle n'avait pas senti sa blessure l'élancer à ce point-là. Un long et faible gémissement vida ses poumons d'un coup, et une nouvelle vague de douleur l'envahit. Elle se sentait comme un légume. Incapable de faire le moindre mouvement.

avatar
Luna Roswood
Messages : 152
Arrivée à New York : 23/09/2011
Age : 19
Localisation : au fond du trou (mode déprime activé)

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.moonlightshadoww.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Mar 6 Nov - 18:58

Eh je t’ai dis de te calmer ! Eh puis m*rde à la fin ! Qu’est-ce que je vous ai fait pour à chaque fois m’en prendre plein la g*eule ?

Qu'est-ce qu'il a fait pour mériter ça ? Hum, voyons… Peut-être est-ce dû à sa façon d'être, genre "c'est moi le beau gosse" ? Ou alors, c'est dû à son côté "je m'en foutiste"… Non, vraiment, je ne voyais pas DU TOUT ce qu'on pouvait lui reprocher au pauvre petit chou… Monsieur J'ai-peur-d'une-fille-plus-petite-que-moi n'avait VRAIMENT rien dans la cervelle…

Calme toi, Luna me chuchota ma petite voix, alias Erik. Mais oui, lui répondis-je.N'empêche, il n'avait qu'à pas me chercher, cet abruti !

Je lançai un regard assassin à Roman. Attendez, j'ai marqué un regard ? En fait, je crois que je lui en ai envoyé pas mal. Bien fait pour lui. Appelez-moi "La fille aux yeux revolver". C'est moi. Vous savez bien : "Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue…" Désolé pour les références vieillottes. Je date. Remarquez, la suite de la chanson ne colle plus, parce que je ne suis pas DU TOUT amoureuse de Roman. (C'est une habitude de mettre "du tout" en majuscules, ma parole !)

Roman détourna le regard. Il fixait l'horizon, tel un poète torturé…. /BAF/ En fait, pas du tout, il regardait juste l'avant de la manifestation. Je fis de même. Je n'avais aucune envie de lui parler.

Les Gentlemen se tenaient tranquilles. De vrais toutous à leur Jojohn chéri. Pathétique. On voyait bien qu'ils n'étaient pas humains. Personne ne se laisserait insulter sans réagir (à moins d'être maso, après tout il faut de tout pour faire un monde).

Ah, enfin, ils bougeaient ! C'était pas trop tôt ! Je ne devais pas être la seule à me réjouir, car j'entendis des exclamations fuser dans la foule. Pas vraiment des exclamations… On aurait plutôt dit… Des hurlements. Les gens hurlaient ! Mais pourquoi ? Je ne tardai pas à avoir la réponse à ma question : je vis des corps tomber à terre sous les tirs des robots. Mais… John Sucker était VRAIMENT un malade ! Roman se tourna vers moi :

Luna on devrait...

Je ne l'écoutais pas. J'étais pétrifiée par la peur. Je n'avais jamais peur. Mais là… J'étais terrorisée. Dans quel monde vivait-on pour subir de telles atrocités. Je compris subitement ce qu'était devenue Atlanta. Une sinistre hécatombe. Nous allions tous mourir. A cause de ce malade de Sucker.

Roman se pencha, je fis de même. Il fermait les yeux. Il était clair qu'il avait peur. En temps normal, j'aurais été la première à me moquer de lui (un grand garçon comme lui…), mais là je le comprenais. Nous vivions une horreur inimaginable. Pourrions-nous en sortir vivants ? J'en doutais. Très fort.

Roman se ressaisit. Il m'agrippa par le bras. Cinq minutes plus tôt, je l'aurais tué s'il m'avait touchée, mais là je lui en étais reconnaissante. Sans lui, je serais surement restée sans bouger à attendre qu'on me tue. Nous courûmes au milieu de la foule. Tout n'était que cris, larmes et sang. C'était l'apocalypse. Pourquoi tout ce carnage ? Que voulait donc John Sucker ? Ce petit jeu morbide l'amusait-il ? Riait-il de nous voir mourir ? Sûrement. Je n'avais qu'une envie : le tuer de mes propres mains.

Cela me paraissait compliqué, surtout qu'un robot venait de surgir devant nous. Il s'apprêtait à tirer quand je lui balançai un bon coup de Doc droite dans le ventre. Il s'écroula en tirant, dans une tentative désespérée de nous atteindre, mais par chance il nous manqua. Alors qu'il se relevait, nous continuâmes notre course effrénée, nous frayant tant bien que mal un chemin parmi les étudiants apeurés. Une blonde de mon âge était étendue par terre, terrorisée. Elle semblait paralysée par la peur. Comme je la comprenais.

Soudain, je pensais à Sun. Etait-elle venue à la manifestation ? Sans aucun doute. Oh mon dieu. Pourvu qu'elle n'ait rien. Je ne voulais pas perdre à nouveau un être cher. Pas encore. Pas après Erik et Grand-Ma. Je ne le supporterais pas. A quoi bon vivre si tous les êtres qui vous sont chers meurent autour de vous ? Je m'en voulais tant de ne pas m'être réconciliée avec elle. Je me jurai que, si je la revoyais vivante, je m'excuserais pour tout le mal que j'avais pu lui faire. Je ne voulais pas qu'elle meure sans que j'aie pu lui demander pardon. Elle ne devait pas mourir. Elle ne pouvait pas mourir. C'était hors de question.

Roman se pencha vers la blonde.

Reste pas là! Ils vont te tuer!

Il la releva et nous reprîmes notre course infernale. Roman nous emmena derrière une voiture. Je le remerciai silencieusement de prendre les choses en main. A lui aussi je devais m'excuser. C'est fou comme la mort vous fait revoir votre jugement sur la vie. Tout ce dont vous étiez sûr vole en éclats.

A bout de souffle, Roman se prit la tête entre les mains. Puis il nous regarda.

Qu'est ce qu'on fait?

Il faut quitter cet ville. Si on reste ici, on va tous y passer.

Mais… On peut pas partir comme ça, sans rien ! Et nos amis ?

Il était clair qu'il pensait à Magda en disant cela. Je réfléchis. La blonde n'avait toujours pas ouvert la bouche, toujours terrorisée. Je réfléchis.

Ecoutez. J'habite dans le centre, il est donc impossible que je retourne chercher mes affaires. Mais toi Roman, tu es sur le campus, non ? Allons en vitesse là-bas. Prends tout ce qui pourra nous être utile. Ensuite, on se tire.

Je n'arrivais pas à croire que j'étais en train d'organiser ma survie avec Roman et une inconnue. C'était… irréel. Invraisemblable. Mais tous mes repères avaient disparu. Comment distinguer le normal de l'anormal quand tout ce que vous croyiez vrai se révèle illusion ?

Je ne parvenais pas à me faire à l'idée que j'allais devoir laisser derrière moi ma flûte traversière, mes photos d'Erik… Heureusement que j'en avais laissé en Norvège. Elles étaient en sécurité là-bas.

Je me tournai vers l'inconnue.

Et toi ? Qu'est-ce que tu en penses ? Ca va mieux ?

C'était si rare que je me préoccupe des autres. Mais nous devions tous nous serrer les coudes si nous voulions nous en sortir vivants.

[Moi aussi, je peux faire des pavés ^^ ! A toi Amber ! Ou Roman...]
avatar
Lola MargingAdmin

_________________

My coulour is Pinkblue
Messages : 147
Arrivée à New York : 02/01/2012
Age : 22
Localisation : Où je suis? Où je suis... Tiens, c'est une bonne question ça.

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Mar 6 Nov - 23:57

    Midi passa, puis une heure. Et rien de bougea, si ce n'est les étudiants qui migrèrent en partie en direction des vendeurs de sandwichs ambulants. J'avais fini par m'asseoir contre l'arbre, fatiguée de rester debout durant des heures à ne rien faire. Nous n'avions pas bougé de notre "bulle". Au moins, nous n'étions pas piétinés depuis des heures, c'était déjà ça de gagné. J'en avais marre d'attendre que John Sucker se décide à pointer le bout de son nez. Je commençais à penser que j'aurais mieux fait de rester au lit, et de ne jamais venir à cette manifestation. Ce n'était qu'une perte de temps, jamais le directeur de G4 Good ne nous montrerais le moindre intérêt, c'était évident. Puissant comme il était, il préférais ne pas risquer sa réputation à tenter vainement de se justifier. Surtout face à nous, rien ne l'y obligeait. Et il se contrefichait de ce que nous pouvions penser de lui. Je soupirai. La fatigue et la lassitude ne m'envoyaient que des pensées négatives. Il fallait que je vois le bon côté des choses. Au moins, j'étais en bonne compagnie. Je tournai la tête vers Steven et lui souris.

    Puis, je reportais mon attention sur les Gentleman qui entouraient la manifestation. ils patrouillaient tranquillement depuis des heures. Je savais que c'étaient des robots, et que, par conséquent, ils n'éprouvaient pas de sentiments humains, mais quand même, comment pouvaient-ils rester là, impassibles, tandis qu'une foule d'étudiants les blâmaient. Cela faisait quatre longues heures qu'ils ne bougeaient pas d'un poil. Pas plus que John Sucker d'ailleurs. Je laissais mon animosité de côté pour réfléchir à tout ça, tout en gardant la tête froide. Il était étonnant que rien ne se soit passé, et je trouvais ça plutôt louche à vrai dire. Et même totalement étrange.

    Soudain, une agitation anormale se fit sentir dans la foule. Dans l'immédiat, je ne remarquai rien, même si il me semblais que l’attitude des Gentleman avait changé. Je mis tout d'abord ça sur le compte de la paranoïa. Pourtant, je ne pu m'empêcher de me relever et de scruter les alentours, la mine inquiète. Puis, sans prévenir, les pacifiques robots de G4 Good sortirent des armes à feu absolument démesurées et se mirent à tirer sur la foule. J'étais tellement stupéfaite, que j'en restais bouche bée. D'où sortaient-ils ces armes? C'était impossible que qui que ce soit puisse se promener avec de telles armes en toute impunité. Je restais debout, immobile, comme hypnotisée. Je n'en croyais pas mes yeux. Je ne pouvais pas y croire. Puis, les premiers corps tombèrent, comme au ralentit, immobiles. Morts. Je ne réalisai pas tout de suite. Je me croyais dans un rêve. Tout ça était irréel.

    Puis je crus entendre une voix, celle de Steven il me semblais, me hurler quelque chose, avant de me plaquer au sol. Ce fut le déclic. Le retour à la réalité. Brutal, mais nécessaire, parce que vital. Autour de moi, c'était le chaos. Passé la stupeur des premiers coups, la foule se dispersait, paniquée, et tentait de se frayer un chemin vers la sortie dans un fracas assourdissant. Hurlements de panique, coups de feu dévastateurs, j'étais en plein cauchemar. Encore une fois, je me demandais comment cela pouvait être possible. Les robots n'étaient pas censés suivre des règles simples? Les trois règles d'Isaac Asimov. Je fermais les yeux un court instant, tentant de me rappeler mes cours de robotique de première année.

    Première Loi : « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. »
    Deuxième Loi : « Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi. »
    Troisième Loi : « Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n'entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi. »


    Je rouvris les yeux pour les poser sur les robots massacrant froidement le flot d'étudiants qui tentait de s'échapper. Même s'ils suivaient les ordres de John Sucker, jamais ils n'auraient dû enfreindre la Première lois! Puis je me raidis. Atlanta! C'était ça! Voilà ce qu'il s'était passé à Atlanta. Nous étions en train de le vivre en ce moment même. Nous étions en train de nous faire rayer de la surface du globe. Je frémis en pensant à tout ce que ces pauvres gens avaient dû subir. C'est alors qu'une constatation me vint à l'esprit. Si nous n'avions pas de nouvelles de la ville, cela signifiait qu'il n'y avait pas eu le moindre survivant. Et c'était ce qui nous attendait.

    Je ne pu m'empêcher de pousser un cri d'horreur. Je ne voulais pas mourir! Je...je ne pouvais pas mourir, non, c'était.... Ce n'est que dans les films que ça arrive, ce genre de choses! La panique m'envahit subitement, me submergeant avec une telle force qu'elle me tordit le ventre de douleur. J'avais le cœur au bord des lèvres, et une soudaine envie de vomir. Toujours, les cris, les bruits de vitres brisés, de métal tordu, de corps perforés, de vies qui s'échappent. Et partout, le sang recouvre l'herbe verte de Central Park. De plus en plus de corps s'effondrent, et je n'ose les regarder, de peur de les reconnaître. Je scrute la foule, mais je ne reconnaît personne. Magda, Matt, Luna, Kiddy, et même Roman. Où sont-ils passés? Sont-ils en vie? Sains et saufs, quelque part? Ou bien...? Je préfère ne pas y penser.

    Terrifiée, tétanisée, je me replie sur moi-même, me blottissant contre Steven. Je m'accroche à lui de toutes mes forces. Je m'accroche à lui comme à la vie, et je me refuse de le lâcher, quoiqu'il arrive. Je me tourne vers lui, mes yeux reflétant ma terreur, les larmes commençant à poindre.

    Steven, qu'est-ce qu'il se passe? Qu'est-ce qu'on fait? Où doit-on aller? On va se faire tirer dessus? On va mourir, c'est ça? Je ne veux pas mourir! J'ai peur! Je suis terrifiée! Je ne veux pas mourir! Pas ici! Pas comme ça!

    Ça y est, je paniquais. J'étais incapable de m'arrêter de parler, débitant un flots de paroles incohérent qui reflétait le chaos de mon esprit, ainsi que celui qui nous entouraient.
avatar
Kiddy PalmerAdmin

_________________




Meine Farbe ist: LightSeaGreen
Messages : 138
Arrivée à New York : 21/09/2011
Age : 20

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Jeu 8 Nov - 14:02

Réfléchi ne serait-ce qu'une minute. Veux-tu vraiment retourner là-haut? Est-ce que c'est vraiment utile. Alors je vais te répondre. Non c'est inutile. Alors que tu sois d'accord ou non je vais te mettre dehors.


La jeune brune ne sentit plus le sol sous ses pieds. Ce n'était pas désagréable. pas désagréable su tout. Elle avait envie d'abandonné tout. Pourquoi se sentait-elle si en sécurité tout à coup? Un vent frais secoua les lambeaux de sa chemise, lui indicant ainsi qu'elle se trouvait de nouveau dehors. Kiddy repensa aux paroles de Bradin. Elle devait reconnaître qu'il avait raison. Mais elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle avait lâchement abandonné Magda. Et s'il y avait une chose qu'elle ne pouvait supporter c'était bien qu'on l'accuse d'une telle chose. Qui alors qu'il était enfant n'a pas rêver d'avoir de telles aventures? Mais lorsque cela arrive, ce n'est jamais comme on l'aurait voulu. Non elle n'était pas comme ces héros. Mais personne ne pourrait dire d'elle qu'elle était lâche. Elle y veillerais. Elle devait maîtriser cette tristesse qui montait en elle, les larmes ne devaient pas franchir ses yeux. Mais Magda n'était pas là...

Elle se retourna. L'entrée était barrée par les larges épaules de Brad. La jeune fille s'éloigna de quelques pas. Elle ne voulait pas rester dans cet endroit. Partir, mais pour aller ou? Une foule de questions sans réponse se bousculaient dans son esprit. Elle s'arrêta. Un corps était étendu à quelques pas d'elle. Encore un. Combien jonchaient les rues de New-York à cet heure? Combien de blessé agonisaient sur les trottoirs attendant désespérément l'arrivé des secours qui ne viendraient pas? Mais plus important encore, combien vivaient encore... Elle avait conscience de vivre les dernières heures de sa vie. A quoi lui servirait-il de louer au chat et à la souris avec les robots? Ils la rattraperaient. Elle ne se faisait pas d'illusions. C'était la fin de New-York. Tout comme Atlanta avait péri, ils périraient à leur tour. puis cet immonde massacre se répandrait et gagnerait les autres pays. Et tout ce qui avait été beau et bon en ce monde ne serait plus. Trop de sang... Elle regarda son T-shirt. Cette horrible inscription... Un peu plus et elle l'aurait arraché. Mais elle avait déjà assez froid comme ça. Pas la peine d’abîmer encore plus son vêtement qui ne ressemblait déjà plus à rien. Elle Jeta un regard navré au corps qui s'étendait devant elle.

Tu sais ce n'est pas en restant figée que tu va pouvoir l'aider.

Bradin l'avait finalement rejoint. Elle s'approcha plus près de la personne étendue et inerte. Ce slim blanc, ce T-Shirt trop large pailletés... Elle avait vu cette tenue ce matin-même. Elle avait passé la moitié de la journée avec sa porteuse. Elle n'osait plus bouger. Et si Magda, car c'était bien elle, était morte. Un murmure s'échappa des lèvres de la jeune fille.

"Kiddy...?"

De ses yeux fatigué Magda l'avait vue. Elle dut apercevoir aussi son ami car elle dit de nouveau dans un souffle:

"Vous êtes un... Ange? Je suis morte?"

Non elle n'était pas morte. Kiddy s'agenouilla à ses côtés. Cette position tirait affreusement sur sa blessure. Elle devarait s'en occuper et retirer de celle-ci le débris de bois. Plus tard. Elle saisit une des mains de Magda. L'autre était pressé contre son ventre. Près de ses côtes... par-dessus une chemise rougissante. Merde... Son amie n'avait pas non plus échappé à la fureur de son Gentleman. Malgré cette blessure elle était consciente et bien vivante. Un immense soulagement s'empara de Kiddy. Elle était si heureuse de la voir.

Oui c'est moi et tu es bien vivante. Mais malheureusement Bradin n'est pas un ange. Tu ne peux pas t'imaginer comme j'ai eu peur pour toi. On va s'en sortir.

Une force nouvelle s'était emparée d'elle. Bradin s'agenouilla à son tour près de Magda. Elle le regarda. Comment avait-il sentit qu'il serait inutile de chercher Magda dans sa chambre? Elle réalisa qu'elle ne s'était pas rendu compte de la chance qu'elle avait qu'il soit là avec elles. La jeune fille sourit à son ami.

Merci.

C'était out. Tout simple mais c'était dit avec le coeur. Cela valait donc beaucoup plus qu'un long discours prononcé sans grande conviction.




avatar
Steven Palmer
Messages : 31
Arrivée à New York : 10/02/2012
Age : 20

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Jeu 8 Nov - 15:16

Rien ne se passa durant la matinée. Lola et lui étaient finalement restés en dehors du flot d'étudiants. A vrai dire lui non plus n'avait aucune envie de retourner dans cette masse grouillante. Cette manifestation commençait à lui peser. Il attendait avec impatiente le moment ou le directeur de G4Good sortirait de son antre et prononcerait quelques mots pour tenter de disculper son armée de robots. C'est comme cela qu'il les voyait. Depuis le début toutes ces machines parcouraient inlassablement l'espace qui leur était réservé derrière les barrières de sécurité. Steven n'aimait pas l'idée que ce soit ces engins qui surveillent le rassemblement.
Il s'était ennuyé. Mais ils devaient tous être dans ce cas. Il aurait volontiers quitté la manifestation mais l'accès à la sortie la plus proche leur était interdit par la foule.

Lola n'avait pas tardé à s'asseoir contre l'arbre chose qui lui fut impossible. Il tournait comme un lion en cage. Une seule chose le réjouissait. Etre avec elle. Même s'il aurait préférer que ce soit ailleurs. N'importe où mais ailleurs. Le bruit dégager par la manifestation rendait toute conversation impossible. Ils avaient à peine pu échanger trois mots. Le jeune homme aurait voulu avoir du temps pour examiner ce qu'il ressentait dans tout son être.

Une heure de l'après midi. Mais que faisait John Sucker? Quel malin plaisir prenait-il à les laisser ainsi mariner dans leur jus. Le jeune étudiant qui ne portait pas cet homme dans son coeur. Fourbe. Voilà quel terme il choisirait pour le décrire. Un sentiment comme ça. Inexpliquable. Steven sentit une inquiétude sourde monter en lui. IL se rapprocha inconsciemment de Lola tout en regardant les Gentleman. Ils n'étaient tout près mais sa grande taille aidant il put les distinguer sans peine. Sans prévenir ils tirèrent d'énormes armes d'on ne sait où et les pointèrent vers eux. Vers ceux qu'ils étaient censés surveiller et pourquoi protéger. Sans montrer la moindre hésitation ils tirèrent. Le sang et la mort se répandirent dans la foule désarmée. Les robots se déplaçaient le long des barrières. Deux d'entre eux partirent en direction du "havre de paix" des deux jeunes tout en continuant de tirer sur les étudiants qui paniqués essayaient de gagner les sorties.

Une balles siffla aux oreilles de Steven qui se baissa instinctivement. Un frisson le parcouru. Lola s'était redressée et l'angoisse devait la clouer sur place car elle ne bougeait pas. Les deux robots se rapprochaient dangereusement. Steven hurla le prénom de son amie mais il 'obtint aucune réponse de sa part. En dernier recours il bondit et la plaqua au sol. Les Gentleman s'étaient arrêtés pour un moment ayant trop à faire avec un groupe de jeunes terrifiés. Un massacre, une exécution, un cauchemar. Mais un cauchemar qui n'avait rien d’irréel et bien au contraire. Il se releva cherchant désespérément un moyen pour se sortir de ce guêpier.
Hors de question d'essayer de regagner les grilles. Se mêler au flots d'étudiant était la pire bêtise à faire.

Lola s'aggripait à lui de toutes ses forces. Elle était terrifié et criait ce qui était tout à fait naturel en de telles circonstances. Pour sa part le jeune homme garda son sang-froid. Il se sentait étrangement calme. A quoi cela lui aurait-il servit de s'agiter? A part à se faire repérer des Gentleman? S'il avait été seul il aurait couru au devant du danger essayer de porter secours à cette personne qui venait de tomber, à telle autre qui rampait deux balles fichées dans sa jambe.Mais il était avec Lola et quoi qu'il lui e coûtât il ne la laisserai pas mourir. Elle s'accrochait de plus belle à son blouson.

Steven, qu'est-ce qu'il se passe? Qu'est-ce qu'on fait? Où doit-on aller? On va se faire tirer dessus? On va mourir, c'est ça? Je ne veux pas mourir! J'ai peur! Je suis terrifiée! Je ne veux pas mourir! Pas ici! Pas comme ça!


Terrorisée, la peur n'était que trop visible dans ses yeux bleu. Des larmes y parurent. Il voulait la rassurer, mais il ne pouvait pas lui mentir. IL devait à tout prix trouver un échapatoir. Dans quel guêpier s'étaient ils fourrés. Tous cela dépassaient leurs forces. On ne peux pas lutter contre tant de haine. Le jeune homme prit le visage de son amie entre ses mains.

Je ne sais pas ce qui se passe. personne ne pourra nous le dire pour le moment. Ou on va? je ne sais pas. Pour l'instant on va se contenter de quitter ce trou à rats. Mais pour cela il va falloir rester calme autant que possible m^me si tu as peur. Oui on va nous tirer dessus, c'est inévitable, mais ne t'en fais pas tu ne mourra pas aujourd'hui. Je ne te laisserais pas tomber.

IL la serra dans ses bras puis il reprit sa méditation. Comment pourraient-ils s'échapper? Des balles sifflèrent et nombres d'étudiants s'écroulèrent. Des robots avides de nouvelles victimes s’approchaient d'eux. Sans attendre une seconde de plus Steven saisit la main de Lola et se mit à courir. Beaucoup d'étudiants avaient déjà franchit les grilles du parc. L'endroit ou ils se trouvaient étaient presque vide. La manifestation s'étaient déroulée dans un espace vide d'arbre. le parc avait bien changé en quelques années. Il renversa l'une des barrière de sécurité et ils gagnèrent ainsi un espace ou de nombreux arbres les protégeaient à peu près. Il avait l'intention de gagner l'autre bout de l'immense parc. Mais malheureusement même en cet endroit les Gentleman patrouillaient cherchant ainsi d'éventuels fugitifs. Ils étaient trop nombreux. Une idée lui vint. C'était risqué et peut-être stupide mais il ne voyait pas ce qu'ils pouvaient faire d'autre. Il regarda Lola. Une larme roulait sur sa joue.

Lola... tu sais monter aux arbres?

Ils devaient faire vite. Les voix métalliques de robots se rapprochaient.

avatar
Magda SullyAdmin

_________________
Messages : 461
Arrivée à New York : 11/09/2011
Age : 20
Localisation : En compagnie de mon légendaire sens de l'orientation... C'est-à-dire : paumée!

Fichiers G4 Good
Points de vie:
70/100  (70/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://robotic-earth.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Jeu 8 Nov - 18:29

La manifestation



Le visage de Kiddy s'approcha, et un instant sa vue se précisa légèrement, pour empirer aussitôt, accompagnée d'une nouvelle vague de douleur. Elle inspira subitement, et agrippa la main de Kiddy, de peur qu'elle ne lui échappe. Elle resta immobile un long moment, les yeux fermés, et les rouvrit finalement, épuisée. Elle fixa Kiddy, qui lui répondit alors :

"Oui c'est moi et tu es bien vivante. Mais malheureusement Bradin n'est pas un ange. Tu ne peux pas t'imaginer comme j'ai eu peur pour toi. On va s'en sortir."

Elle n'était pas morte. Encore heureux, si elle devait souffrir ainsi alors qu'elle était morte, c'était peu enviable. Malheureusement, Brad n'est pas un ange. Il s'appelait donc Brad. Pourtant, elle l'aurait vraiment pris pour un ange. Après, Kiddy disait peut-être ça par rapport à son caractère. Elle se retint de sourire, craignant d'écourter son espérance de vie déjà dans un état critique. Kiddy allait peut-être s'en sortir. Ce n'était sûrement pas le cas pour elle. Surtout s'ils ne trouvaient pas un endroit sûr très rapidement. Puis, à sa grande surprise, Kiddy tourna la tête vers Brad.

"Merci."

C'était assez étrange d'entendre ça, là tout de suite, mais elle ne parvenait pas à distinguer l'expression qui s'afficha sur le visage de Brad. Tout avait à nouveau perdu de sa couleur, et elle avait de plus en plus de mal à garder les yeux ouverts. Elle expliqua donc très rapidement ce qu'il lui était arrivé.

"Le Gentleman... Il était armé... J'ai sauté, mais il m'a eue..."

Effectivement, c'était très résumé, mais explicite. Elle se demandait d'ailleurs où était passé son sac, où elle avait rassemblé ses affaires. Elle se souvenait de l'avoir sur son dos lors de sa chute, mais il devait être retombé plus loin, car elle ne le sentait nulle part à côté d'elle. Elle baissa les yeux pour le chercher du regard, et une tâche rouge sur le jean fluo de Kiddy attira son attention. Elle se redressa alors brusquement et s'appuya sur les coudes, ignorant les petites étoiles noires qui gênaient sa vue.

"Kiddy! Tu saignes!"

Elle fut prise par surprise lorsque le souffle lui manqua, et eut un spasme qui l'obligea à se rallonger. Elle crispa de nouveau sa main sur la large tâche rouge qui fichait son T-shirt pailleté en l'air. Sa main était déjà couverte de sang et tremblait. Paniquée, Magda souffla et fermant les yeux :

"Il faut aller... A l'Université... Il n'y aura personne, et on y sera au calme... Vite."

Il fallait vraiment faire vite. Elle le sentait. Et elle priait pour que les deux étudiants étaient en état de s'en sortir si jamais elle-même ne prolongeait pas son séjour sur Terre.


avatar
Roman Stuart
Messages : 45
Arrivée à New York : 08/11/2011
Age : 22
Localisation : Quelque part entre ici et là bas

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Jeu 8 Nov - 19:18

Oui d'accord le campus.... Mais je pensais pas à... " qu'est c ce qu'on fait pour quitter New York" mais plutôt à "comment on va faire pour se débarrasser de ces foutus robots qui avance vers nous!" Mais j'évite de le préciser.
Je regarde leur position. 10 mètres d'écart entre nous. Je fouille l'intérieur de la voiture du regard et trouve des bouteilles vides et un tube.
Parfait... Je casse le carreau avec mon coude et me baisse. Les gentlemen regardent ailleurs, c'est bon. Je me saisis de 2 bouteilles et du tube.
Je me souviens de ce film qui raconter l'histoire d'un gars qui devait se débrouiller dans un New York vide. Je me souviens d'un truc en particulier.
Je me décale vers le réservoir, fais de mon mieux pour l'ouvrir et y place le tube. Je place la bouteille entre mes genoux et aspire l'essence et recrache dans la bouteille. Je fais la même chose pour la deuxième puis je cherche dans mes poches des mouchoirs. J'en trouve 3, des mouchoirs en tissu. Je les tords et les enfoncent dans les bouteilles. Je sors un briquet et regarde la position des gentlemen. Je respire un grand coup.
- préparez vous à courir vers la droite.
Je tiens mon cocktail molotof dans une main et allume mon briquet de l'autre. Je brûle le bout du mouchoir.
- courez!
Je lance la bouteille puis la deuxième qui explosent aux visages des robots. Je me mets à courir, vérifiant que Luna et la jeune fille suivaient.
Si je ne me trompe pas, le campus est pas loin faut tourner à gauche puis tout droit. Je me précipite vers la rue de gauche, me baissant. Les robots ne nous suivaient pas. Je souris... Mes cocktails avaient marché. Je regarde à l'autre bout de la rue. C'était bien la. J'attends les filles puis me remets a courir. Il ne fallait pas perdre de temps.
Puis je me stoppe net en voyant 2 personnes à côté d'une troisième personne qui semblait mal en point. J'avance doucement et lève la tête, les sourcils fronçaient. Je voies la vitre brisait. Il s'est passé un truc étrange ici.
Alors que j'avance je reconnais la personne allongée. Non c'est pas possible pas elle!
- Magda!
Mais quel idiot! On ne cri pas quand il y a des robots tueurs dans les environs! Je m'arrête net et tends l'oreille. Pas un bruit...
Quel naïf je fais. Je me retourne vers les filles quand j'aperçois le robot, sourire aux lèvres qui pointe le canon de son revolver vers ma poitrine. Il enclenche le chien, j'ai même pas trois secondes. La balle part, je me decale et une horrible douleur traverse mon épaule. Je suis touché. Il armé de nouveau son arme. Je me vois déjà mort...
Dans l'énergie du désespoir, je cours vers lui et le percute. La douleur explose de nouveau dans mon épaule. Le robot est un peu perturbé. J'en profite pour courir vers la rue opposée.
J'espère que les filles ont suivis le mouvement.
Je grince des dents et porte ma main pleine de sang devant mon visage.
Aïe...
Je m'arrête et m'appuie contre un mur.
J'ai plus la force...


Dernière édition par Roman Stuart le Ven 9 Nov - 12:25, édité 1 fois
avatar
Lola MargingAdmin

_________________

My coulour is Pinkblue
Messages : 147
Arrivée à New York : 02/01/2012
Age : 22
Localisation : Où je suis? Où je suis... Tiens, c'est une bonne question ça.

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Jeu 8 Nov - 20:26

    A genoux sur le sol, les mains tremblantes sur la têtes, les yeux fermés avec force, sursautant à la moindre décharge j'étais toujours blottie contre Steven. Soudain, le jeune homme se plaça face à moi, et pris mon visage entre ses mains, me fixant dans les yeux. La respiration haletante, je m'accrochais à se regard, comme à une bouée en plein naufrage.

    Je ne sais pas ce qui se passe. Personne ne pourra nous le dire pour le moment. Où on va? Je ne sais pas. Pour l'instant on va se contenter de quitter ce trou à rats. Mais pour cela il va falloir rester calme autant que possible même si tu as peur. Oui on va nous tirer dessus, c'est inévitable, mais ne t'en fais pas tu ne mourra pas aujourd'hui. Je ne te laisserais pas tomber.


    Puis il me sera dans ses bras et je m'agrippais à lui avec l'énergie du désespoir. Toute pelotonnée contre lui, je fermai les yeux et tenta de faire abstraction du bruit et du chaos qui nous entourait. Je reprit alors ma respiration, et peu à peu, mon calme. Steven avait raison. Je devait garder la tête froide si je voulais m'en sortir. Je laissais les paroles du jeune homme me revenir à l'esprit, me rassurant. Quoiqu'il arrivait, nous l'affronteront ensemble. Malgré moi, des larmes se mirent à couler sur es joues.

    Et soudain, Steven se releva et, me prenant la main, se mit à courir à travers le parc, tentant d'éviter au maximum les Gentleman qui se concentraient surtout sur la foule. Je sentis son empressement, et moi-même je courais le plus vite que je pouvais à sa suite, serrant sa main dans la mienne, de peur de la lâcher et de le perdre. Je remarquai qu'il se dirigeait vers la partie arborée du parc, loin de la foule, mais aussi loin de la sortie. Ce n'était pas forcément une mauvaise idée, ça nous éviterais de nous faire piétiner par la foule paniquée. Il paraissait, à la base, se diriger vers l'autre bout du parc. Mais soudain, il s'arrêta, toisant l'espace alentour, avant de se tourner vers moi, l'air pressant, son visage affichant une expression déterminée. Il ne laissera pas tomber.

    Lola... tu sais monter aux arbres?

    Qu...quoi? Euh, oui. Je..je crois.

    Je le regardai, effarée. En fait, je devais avouer que je n'avais jamais expérimenté. Mais là, je n'avais pas vraiment le temps d'y penser, le temps pressait. Je m'attelais donc à la tâche, ignorant les échardes causés par l'écorce rude, et, une fois parvenue en haut, me positionnai plus ou moins confortablement parmi les branches. Bientôt, Steven me rejoignit, grimpant aisément sur le bois. Son aisance m'impressionnais. Ici, je me sentais presque en sécurité. Mais je me doutais que c'était illusoire. A la seconde même où nous serions repérés, nous serions en dangers. En effet, nous ne disposions d'aucun moyen de fuite. De là où nous étions, nous pouvions voir la manifestation au loin. Je détournais immédiatement les yeux, incapable d’assister au massacre.

    C'est à ce moment là, en regardant vers le sol, du côté opposé auquel nous étions montés, que je remarquai que par un heureux hasard, ou je ne sais trop quel miracle, l'arbre dans lequel nous étions montés se trouvait justement en bordure de la grille qui séparait Central Park de la rue. Je me demandais si c'était un choix délibéré de Steven, avant de me dire que finalement, on s'en fichait. L'important était de sortir d'ici avant qu'on nous retrouve. Je secouai l'épaule de Steven dans le but d'attirer son attention, avant de pointer ma découverte du doigt.

    Regarde! Nous sommes juste à côté de la rue. Il suffit d'aller sur ces branches, là-bas, et de sauter de l'autre côté de la grille pour sortir.

    Et pour aller où? Ça, c'était une bonne question. Toute la ville devait être assaillie par ces foutus Gentleman, présent dans chaque foyer. Où diable pourrions-nous tenter de nous réfugier. Encore une fois, je failli céder à la panique. Au final, nous n'avions aucune échappatoire, nous étions prisonniers dans cette ville, à la merci des robots. Je fis un effort pour reprendre ma respiration, et mon calme par la même occasion, et une idée me traversa alors l'esprit. L'université, c'était ça. Étant donné que tous les étudiants avait été présents à la manifestation, il était fort probable que l'université soit vide, les Gentleman présent étant partis prêter main forte à leurs congénère dans les rues.

    Nous pourrions nous rendre à l'université. J'imagine qu'elle doit être déserte vu que...

    Je me mordis la lèvre inférieure en baissant la tête, la gorge serrée, tentant de retenir une nouvelle vague de larmes? Vu que tout le monde est ici, en train de se faire massacrer.
avatar
Magda SullyAdmin

_________________
Messages : 461
Arrivée à New York : 11/09/2011
Age : 20
Localisation : En compagnie de mon légendaire sens de l'orientation... C'est-à-dire : paumée!

Fichiers G4 Good
Points de vie:
70/100  (70/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://robotic-earth.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Jeu 8 Nov - 20:28

[Raïe aïe aïe, désoléééé Roman, mais on avait prévu de faire notre scénario avec Kiddy et Brad, alors normalement on est pas sensés se rencontrer jusqu'à ce que tout le monde soit réfugié à l'Université...
C'est bête parce que tu as posté ton RP, mais on aimerais bien finir notre scénario =.='
EDIT : Si tu veux, quand on sera à l'Université, nos persos pourront faire un RP dans l'infirmerie aménagée ^^
De toute manière ça devrait pas tarder vu qu'on avance assez vite pour le moment, on est pas obligé d'attendre que tout le monde ait fini, les autres pourront toujours compléter leurs RPs
On en parlera quand on aura fini nos scénario dans les discussions autour des RPs Wink]
avatar
Steven Palmer
Messages : 31
Arrivée à New York : 10/02/2012
Age : 20

Fichiers G4 Good
Points de vie:
80/100  (80/100)
Points d'attaque:
10/10  (10/10)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation Ven 9 Nov - 13:07

Qu...quoi? Euh, oui. Je..je crois.

La jeune femme entreprit d'escalader le tronc de l'arbre. Par chance celui-ci possédait des branches assez basses qui facilitaient cette ascension. Steven attendit qu'elle soit presque parvenue au sommet avant de s'élancer à son tour. En quelques instants il était aux côtés de Lola. Monter aux arbres ne lui avait jamais posé de problèmes, il était particulièrement agile et il le savait. Il s'assit à califourchon sur une branche. Le feuillage touffus leur offrait un abri mais il savait qu'ils ne devaient pas traîner dans le coin. Un groupe de Gentleman passait en dessous d'eux sans les remarquer. Mais de combien de temps disposaient-ils avant que les robots poursuivent leurs investigations jusqu'aux arbres? Trop peu. La bousculade n'était pas encore finie. Le jeune homme se redressa et regarda au loin. La folie des Robots étaient telle qu'ils s'attaquaient même aux immeubles voisins du parc. IL n'arrivais pas à détourner ses yeux de ce spectacle morbide. Il était difficile de voir cela comme la réalité. Ce genre d'évènement se passait d'habitude dans les films. Comment auraient-ils pu prévoir qu'une telle horreur pouvait aussi avoir lieu dans le monde réel? Une main secoua son épaule. Lola lui désignait quelque chose du doigt.

Regarde! Nous sommes juste à côté de la rue. Il suffit d'aller sur ces branches, là-bas, et de sauter de l'autre côté de la grille pour sortir.

Son regard suivi la direction ainsi indiquée. Une porte de sortie. Enfin plutôt une issue de secours, et si improbable que les Gentleman ne chercheraient certainement pas à trouver des fugitifs l'empruntant. Parfait. Les grilles n'étaient pas très hautes. Trois mètres tout au plus. Un saut tout à fait faisable et on avait même la possibilité de se laisser glisser le long des barreaux. Le grand confort.

Nous pourrions nous rendre à l'université. J'imagine qu'elle doit être déserte vu que...

N'importe qui auraient pu en deviner la suite. Tous se posaient une question: "vais-je passer la nuit?". La réalité de leur situation était difficile à admettre. Voir sa vie remise en cause en quelques secondes peut être choquant.D'autant plus qu'ils n'avaient pas le droit à l'erreur... Steven réfléchit un instant mais il convint que la jeune fille avait raison. L'université devait bien être le seul endroit ou ils pouvaient espérer ne pas faire de mauvaises rencontres.

Et bien allons-y. Mieux vaux ne pas moisir ici. nous risquons de faire quelques mauvaises rencontres en chemin... Mais qui ne tente rien n'a rien.

Tout en disant cela il s'était avancé parmis les branches avec maintes et maintes précautions. Il regarda en contre bas. La rue qui s'étalait en dessous d'eux n'étaient pas encore en proie aux flammes et au chaos étant assez distante de l'entrée principale. Une chance pour eux. Lola l'avait rejoint. Une voix retentit dans leur dos. Un ordre qui résonna à leurs oreilles annonce de problèmes imminents, annonce de mort. Les arbres allaient être passés au peigne fin, leur abri percé à jour. Pour s'attaquer à cette fouille secondaire les Gentleman devaient avoir presque achevé le "nettoyage" de la manifestation. Cette pensée lui tira une grimace. Steven se secoua. Il devait s'empêcher tout sentimentalisme tant qu'ils ne seraient pas en sécurité.
Le jeune homme attrapa le bras de Lola et doucement mais fermement il la fit passer devant lui.

Tu dois y aller en première. La rue est sûre ce qui n'est plus le cas ici. Une fois en bas planque toi immédiatement entre deux voitures on ne sait jamais.

L jeune fille s'avança sur la branche. IL avait la désagréable impression de l'envoyer au devant du danger et de rester en arrière. Il tenta de se raisonner. Il y avait plus de risques à rester dans l'arbre.






Dernière édition par Steven Palmer le Mar 20 Nov - 17:08, édité 2 fois
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Obligatoire] La manifestation

[Obligatoire] La manifestation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Faible participation populaire à une manifestation antigouvernementale
» recensement des primes [obligatoire]
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Haïti-Manifestation: Des jeunes prennent la rue
» Manifestation FL, le 15 Juillet prochain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♦ Robotic Earth RPG ♦ :: New York :: La ville-